Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 07:00
Comme je l'ai déjà exprimé, je n'apprécie guère les editoriaux des journaux. Ceux-ci sont très souvent des analyses erronées et éhontées tirées de l'actualité. Elles ont une facheuse tendance à être dénuées de réflexion et à être des analyses caricaturales des faits.

Celle-ci n'échappe pas à la règle. Elle se veut, sous principe d'anniversaire de la révolution, un rappel que, d'après l'imbécilité de son auteur, rien n'a changé et que la société Française est tout aussi sclérosée qu'il y a deux cent ans.

Cette analyse est honteuse et ne fait que révéler une idiotie sans pareille de son auteur ! La société a évolué et a changé ! Tout n'est pas parfait, certes, mais les motifs de satisfaction sont nombreux !

La presse a acquis un vrai pouvoir, la démocratie est réelle dans notre pays, et la vie humaine est préservée dans ses grandes parts ! Plus de têtes coupées pour un oui ou pour un non ! Plus d'exécution sommaire pour des faits plus ou moins prouvés ! Bien sûr nos prisons ne sont pas dignes d'un état digne du précurseur des droits de l'homme que nous sommes, mais, au moins, la peine de mort a été abolie et la vie humaine plus respectée qu'il y a 200 ans !

Des privilèges existent encore, mais ne sont rien comparés à ce qu'ils étaient jadis !

On ne peut comparer la situation actuelle avec ce qu'elle était, mais cet éditorialiste n'hésite pas un seul instant la comparaison, ce qui révèle plus sa médiocrité qu'une véritable analyse des faits et de l'histoire !

Tout cela ne me fera pas changer d'avis sur les éditorialistes !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 04 Août 2009

***********

1789-2009

Editorial

La nuit du 4 au 5 août 1789 constitue la scène inaugurale majeure de l'histoire de la France moderne et du récit national. Trois semaines après la révolte parisienne et la prise de la Bastille, l'Assemblée constituante met à bas l'édifice multiséculaire de l'Ancien Régime. En quelques heures de transe collective, ce sont tous les privilèges de l'aristocratie, de l'Eglise et des provinces qui sont abolis. Et remplacés par le principe - révolutionnaire, au sens strict du terme - de l'égalité de tous devant la loi.

Certes, il faudra de longues décennies et quelques autres révolutions, violentes ou pacifiques, pour que ce principe s'inscrive, peu ou prou, dans la réalité sociale du pays. La nuit du 4 août, pourtant, continue à imprégner en profondeur l'imaginaire du pays. Pour une raison bien simple : plus de deux siècles après ce " grand soir " égalitaire, la France paraît tout aussi corsetée, fractionnée et sclérosée par l'existence de privilèges. Autrement dit, pour s'en tenir à une définition qui évitera les anachronismes, d'avantages échappant à la loi commune accordés à des catégories de citoyens.

Des exemples ? Ils sont nombreux et touchent à l'essentiel. Le principe fondamental de l'égalité devant l'impôt a volé en éclats depuis belle lurette, sous l'effet conjugué des exemptions, " niches " et " optimisations " fiscales. Sans parler du " bouclier fiscal ", voté à l'été 2007, et qui a permis aux mille plus gros contribuables français de recevoir de l'administration, cette année, un chèque moyen égal à trente années de smic (350 000 euros).

Tout aussi essentiel, le principe d'égalité devant l'école, établi par la République un siècle après le 4 août 1789, n'a pas davantage résisté aux logiques implacables de l'élitisme scolaire et social, au détriment de la méritocratie affichée. Chacun le sait, et chaque famille s'y emploie : les diplômes les plus prestigieux et valorisés sont trustés par les enfants des milieux les plus favorisés, ajoutant le privilège du patrimoine culturel à celui du patrimoine financier.

Quant à l'entreprise, les polémiques sur les bonus, primes et " parachutes " divers, dont bénéficient certains dirigeants, ont démontré, de façon choquante, que la notion même de privilège n'y est pas un vain mot. Là, comme ailleurs, les avantages exorbitants réservés à tel ou tel ne peuvent être vécus par les autres que comme de profondes injustices. Comme dans le reste de la société, comme le 4 août 1789, c'est l'un des principes mêmes de la démocratie qui est en jeu. Et qui est à réinventer.

Partager cet article

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Société
commenter cet article

commentaires

Articles Récents