Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 07:00
Au vu de cet article, le Royaume-Uni est bien plus endetté que la France et est dans une bien plus mauvaise posture. Soit. Cependant, on a déjà pris en compte ces difficultés outre-manche, et l'esprit est très clairement orienté vers une tentative de résolution de ce problème.

Par contre, en France, on est encore dans le perpétuel 'Jusque là tout va bien...'. Quelques uns disent peut être qu'on est dans la mouise, mais aucun de nos politiques n'a encore pris pleinement en compte la mesure du problème en engageant une politique d'austérité efficace. Plus on attendra, plus ça sera douloureux et je suis prêt à parier que ce que fait le Royaume-Uni aujourd'hui, la France en fera tout autant, voire plus, dans deux ans...

Un article du journal 'Le Monde' daté du 17 Septembre 2009

***********

Le point de vue de l'agence économique et financière Breakingviews.com
L'ombre de " TINA " flotte sur les dépenses publiques britanniques

En ce début d'automne, le Royaume-Uni a tout l'air d'être revenu à la triste époque des années 1970. Le premier ministre, Gordon Brown, qu'un déficit budgétaire colossal met en posture délicate, doit s'adresser sous peu aux syndicats.

L'opposition conservatrice, qui formera sans doute le prochain gouvernement, appelle à opérer des coupes drastiques dans les dépenses publiques. Les syndicats contestent ce principe avec virulence, en rappelant que la population au chômage va atteindre 4 millions de personnes, et que le Royaume-Uni pourrait s'enfoncer dans une récession à double creux.

Le problème, c'est que tout le monde a raison, conservateurs comme syndicalistes. Il faut tailler dans les dépenses publiques, et les conséquences sur l'économie seront sanglantes.

L'allégorie de " TINA ", l'acronyme de " There Is No Alternative " (" Nous n'avons pas le choix ") avait été inventée à l'époque des politiques très radicales pratiquées par Margaret Thatcher, premier ministre pendant la récession des années 1980. TINA va reprendre du service. Le déficit budgétaire s'élève à 175 milliards de livres sterling (196 milliards d'euros) et représente désormais 13 % du PIB. Contrairement à ce qu'affirment les syndicats, il n'est pas seulement imputable au sauvetage des banques et à une crise passagère. Il s'est creusé au fil d'années où l'on a laissé les dépenses filer, parce que l'on encaissait par ailleurs la manne issue des transactions immobilières et des primes de la City.

Ce laxisme a profité à l'emploi public. Depuis 2002, année où le Parti travailliste de M. Brown a commencé à alourdir le budget de l'Etat, les effectifs ont augmenté de 549 000 fonctionnaires en tout, pour atteindre 6 millions aujourd'hui. Certes, un tiers de ces nouveaux postes sont la conséquence directe de la nationalisation de certaines institutions financières. En sept ans, le National Health Service (NHS), le système de santé, a gagné 220 000 personnes, l'enseignement 148 000, la police 49 000. M. Brown avait mis la priorité sur la santé et l'éducation, pour le bien de la population.

Pourtant, il faudra peut-être déjà commencer à jouer de la hache sous le gouvernement actuel. L'institut d'études sur les finances publiques (Fiscal Studies Institute) a sonné l'alerte en janvier, en déclarant : " Le risque que les investisseurs prennent peur est éminemment sérieux. " Le taux de rémunération des obligations d'Etat britanniques serait plus élevé si la Banque d'Angleterre n'en avait pas pris pour 143 milliards de livres depuis mars, en les achetant avec de la monnaie neuve. Mais la banque centrale ne peut pas continuer à imprimer des billets pour accumuler des titres de dette publique. Sur ce point-là aussi, il est temps de redresser la barre.

" TINA " est de retour, la faux bien en main et, comme dans les années 1980, son passage sera des plus douloureux.

Ian Campbell

(Traduction de Christine Lahuec)

Partager cet article

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Articles Récents