Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 07:00
A lire le titre de cet article, on pourrait penser que les Français travaillent plus que les Allemands. Le raccourci est hâtif car il mérite d'être fortement pondéré : si le Français travaille moins que l'Allemand, c'est que l'Allemand a un travail à temps partiel près de 1.5 fois supérieur !

Ainsi, si on compare ce qui est comparable (ce que l'article oublie de faire !) le Français, à temps complet, travaille moins que son collègue Allemand, pour preuve : le Français affiche le nombre de jours de congés le plus important au monde !

Bref, mettre dans le même sac les temps partiels et les temps complets est un non-sens : c'est comme comparer des carottes avec des patates ! Mais tout est bon pour l'INSEE pour se faire bien voir des politiques...

En attendant le deuxième exportateur au monde est bien l'Allemagne... et pas la France...

Alors, messieurs les politiques : au boulot !

*********

Les Français travaillent plus que les Allemands, nettement moins que les Américains
LE MONDE | 13.01.10 | 08h37
Réagissez à cet article Réagissez (34)    Classez cet article Classez    Imprimez cet article Imprimez    Envoyez cet article par e-mail Envoyez    PartagezPartagez   

La France, qui passe souvent pour un pays où l'on travaille peu, n'a pas totalement usurpé sa réputation : selon une étude de l'Insee, intitulée "Soixante ans de réduction du temps de travail dans le monde", rendue publique mercredi 13 janvier, elle affichait, en 2007, une durée moyenne de travail de 1 559 heures par an, ce qui la place au huitième rang d'un panel regroupant dix pays développés – le Japon, les Etats-Unis, la République de Corée, les Pays-Bas, l'Allemagne, l'Italie, la Suède, le Royaume-Uni et l'Espagne.
Sur le même sujet
Edition abonnés Archive : Pour ou contre les "heures sup'" ?

Les Français travaillent un peu plus que les Néerlandais ou les Allemands, mais nettement moins que les Espagnols, les Japonais, les Coréens ou les Américains, qui détiennent les records de durée du travail.

En France comme dans la plupart des pays développés, le temps de travail a fortement baissé depuis la fin de la seconde guerre mondiale. De 1950 à 2007, la durée moyenne annuelle est ainsi passée de 2 230 à 1 559 heures, ce qui représente un recul de 30 %.

Selon les auteurs de l'étude, Gérard Bouvier et Fatoumata Diallo, cette baisse est liée à la fois au développement du salariat, à la diminution de la durée hebdomadaire collective du travail, à l'augmentation des jours de congés et à la progression du temps partiel.

GAIN DE PRODUCTIVITÉ

Dans les années qui suivent la Libération, le déclin de l'agriculture, qui impose des emplois du temps très chargés, est, en France, le principal facteur de la baisse du temps de travail. De 1950 à 1966, la part des salariés passe ainsi de 65 % à 76 %, expliquant pour l'essentiel le recul de la durée moyenne du travail. "Dans quasiment tous les pays, le déclin de l'emploi agricole a déterminé le rythme et l'ampleur de la salarisation, qui atteint aujourd'hui un taux proche de 90 %, comme en France", souligne l'étude de l'Insee.

Dans les années 1960 et 1970, les gains de productivité permettent de relâcher la pression sur le marché du travail : le recours aux heures supplémentaires est moins fréquent et une troisième semaine de congés payés est négociée en 1968. L'effet sur la durée moyenne de travail est sensible : de 1958 à 1974, elle continue à baisser, passant de 1920 à 1 763 heures de travail par an. Cette tendance se renforce dans les années 1970 sous l'effet du premier choc pétrolier, qui provoque un ralentissement de la croissance.

A partir des années 1980, les mesures sur le temps de travail se succèdent pour tenter de freiner la hausse du chômage : baisse de la durée hebdomadaire à 39 heures en 1982, cinquième semaine de congés payés la même année, nouvelle baisse de la durée légale du travail en 1998 et en 2000. "Les mutations de la composition de l'emploi (déclin de l'emploi industriel, croissance des emplois de services, plus souvent à temps partiel) ont également contribué à cette baisse de la durée", soulignent M. Bouvier et Mme Diallo.

Car le développement du travail partiel devient, à partir des années 1990, le moteur essentiel de la baisse du temps de travail. En France, de 1990 à 1998, la part des salariés à temps partiel explose, passant de 9,5 % à 15 %. Très répandu dans le secteur des services, le temps partiel, qui concerne principalement les femmes, est souvent subi dans les professions peu qualifiées.

Il se développe cependant dans tous les pays développés : en 2007, il représentait 13 % des emplois aux Etats-Unis, 17  en France, 19 % au Japon, 25 % en Allemagne, au Royaume-Uni et en Suède, 47 % aux Pays-Bas.

La France n'a pas été épargnée par cette forte augmentation du temps partiel mais elle semble moins touchée que certains de ses voisins. Dans l'Hexagone, la baisse récente de la durée moyenne annuelle du travail est donc liée à un autre phénomène : la réduction collective du temps de travail. "Avec les lois Robien (1996) puis Aubry (1998, 2000), la durée du travail hebdomadaire théorique a de nouveau nettement baissé, passant de 38,4 en 1998 à 35,9 heures en 2006", conclut l'étude.
Anne Chemin

Partager cet article

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Société
commenter cet article

commentaires

Articles Récents