Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 07:00
Très clairement, je pense que la doctrine Afghane actuelle réalisée par les Américains n'est pas la bonne et n'est pas viable. La drogue est interdite partout sur la planète, mais on continue à fermer les yeux en Afghanistan en subvetionnant une culture qui ira forcément dans des mains pas nettes à un moment ou à un autre.

La tranquilité achetée n'aura qu'un temps.

Peut-être ai-je tort : qui vivra verra.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 05 Mars 2010

**********

En Afghanistan, les Américains changent de stratégie dans la guerre contre l'opium
Washington privilégie désormais l'aide au développement plutôt que la destruction des cultures

Après avoir fait pression ces dernières années auprès de leurs alliés de l'OTAN en Afghanistan pour qu'ils s'investissent dans l'éradication du pavot, les Etats-Unis viennent de procéder à un changement radical de doctrine. Désormais, Washington privilégie " l'aide au développement des cultures vivrières ", a indiqué, lundi 1er mars, David Johnson, secrétaire d'Etat adjoint chargé du trafic de drogue international. Il officialise ainsi la fin d'une politique qui avait créé des tensions avec ses partenaires britanniques et afghans, notamment.

Longtemps, les Etats-Unis ont dénoncé les résistances de leurs alliés à détruire les champs de pavot, en particulier dans les provinces de Kandahar et du Helmand, qui concentre l'essentiel de la production. " Quand je vois un champ, je vois des armes fournies aux talibans ", confiait, en juin 2008, au Monde, le général américain David McKiernan, chef des troupes de l'OTAN en Afghanistan. Selon lui, la drogue finançait la guerre des insurgés. Selon l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), 90 % de l'opium utilisé dans la production de l'héroïne mondiale viennent d'Afghanistan, soit 60 % de son PIB. Au sud, dans les provinces de Kandahar et du Helmand, principal foyer taliban du pays, 20 % à 30 % de l'économie dépendraient de l'argent de la drogue.

Pour les Britanniques, chargés de la province du Helmand pour le compte de l'OTAN, une destruction des cultures pousserait les populations locales dans les bras des insurgés. De plus, une action trop radicale déstabiliserait l'économie du pays, dépendante de cette production. En 2009, dans le village de Sanguine, la mission des patrouilles britanniques n'était pas de détruire les dizaines de laboratoires de transformation de l'opium en héroïne qui s'y trouvaient. Ces laboratoires se composaient d'un baril et de produit dits " fixants ", nécessaires pour transformer le pavot et l'opium. Le tout revient à 50 dollars et fait vivre une famille entière.

Travail de proximité

Les Canadiens, chargés de la province de Kandahar, ont adopté une politique assez similaire. " Si nous interceptons un camion de pavot, nous arrêtons les chauffeurs. Sinon, nous préférons entreprendre un travail de proximité auprès des fermiers en les incitant à opter pour d'autres cultures, comme le blé ", expliquait-on, mardi 2 mars, au quartier général des Forces canadiennes à Kandahar.

Dans son rapport, publié à la fin 2009, l'ONUDC assurait que les talibans ne tiraient que " 10 % à 15 % " de leurs revenus du trafic de l'opium, grâce aux taxes perçues sur le trafic. Toujours selon l'office, 60 % des députés afghans sont liés à des personnes ayant un intérêt dans le trafic d'opium. Ces intérêts expliqueraient le peu d'entrain des policiers afghans chargés de l'éradication des cultures de pavot. En 2008 et 2009, seuls 4 % des récoltes avaient été détruits.

" Tout cela explique sans doute le changement de stratégie des Etats-Unis. Et surtout, cela va de pair avec les techniques de contre-insurrection appliquées aujourd'hui et qui impliquent un rapprochement avec la population ", notait, mardi, un membre du département d'Etat en poste à Kandahar.

A Kaboul en revanche, deux jours après la décision de Washington, le gouvernement a annoncé un plan d'éradication des champs de pavot dans une grande partie du pays, notamment le Sud.

Jacques Follorou

Partager cet article

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Articles Récents