Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 07:00
Voici un article clair, net et précis, qui reprend une logique de base : maintenir une rigueur budgétaire est bon pour le pays.

Peu importe dans ce cas que l'on veuille voir son poste politique reconduire : il faut privilégier l'Etat par rapport à la somme des intérêts individuels. Pour cela, il faut avoir de la conviction, un sens aigu à vouloir éduquer ses concitoyens, et un courage politique sans faille.

Nos politiques auront-ils ces qualités ? J'en doute. Vous en tirerez donc les conclusions qui s'imposent en la matière.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 20 Février 2010

*********

Les Etats doivent vite retrouver le chemin de la rigueur budgétaire

Les Etats ont parfois raison de s'autoriser de gros déficits budgétaires. Mais quand leurs comptes restent dans le rouge trop longtemps, c'est qu'il existe derrière un problème politique. Et aujourd'hui, certains pays sont justement sur le point de franchir la ligne jaune.

Les déficits des Etats-Unis et du Royaume-Uni sont les plus importants jamais recensés en dehors des périodes de conflit armé. La guerre est l'une des raisons pour lesquelles un Etat peut légitimement emprunter à tout va. Le cataclysme financier de 2008 a aussi été un motif justifié, car la récession aurait été bien plus dévastatrice si les Etats ne s'étaient pas endettés davantage pour forcer sur la dépense publique.

Lorsque la guerre est finie, la réduction des effectifs militaires et le retour à une production économique normale contribuent à résorber la dette contractée. En principe, après une récession, un mécanisme analogue est censé rétablir l'équilibre. L'économie reprenant de la vigueur, l'Etat peut démanteler ses dispositifs exceptionnels de soutien et renflouer ses caisses grâce à de meilleures recettes fiscales. En fait, la croissance retrouvée doit permettre de compenser les effets douloureux du désendettement de l'Etat.

Un tel dénouement ne peut toutefois avoir lieu que si le gouvernement est suffisamment populaire pour faire accepter une politique budgétaire fondée sur le bon sens économique, celle qui consiste à collecter un montant substantiel d'impôts et à éviter d'engager le pays dans des projets au-dessus de ses moyens.

Les électeurs devraient comprendre que l'Etat ne peut pas se montrer aussi généreux qu'en période de prospérité, et qu'une crise économique amoindrit la capacité de la nation à produire biens et services. D'autant que l'électorat de notre époque sait que les finances publiques vont devoir assumer la charge de populations vieillissantes.

Faiblesse insigne

Mais voilà, souvent, les citoyens ne veulent pas regarder la dure réalité en face. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le budget des Etats est fréquemment déficitaire en temps normaux. Les gouvernements préfèrent caresser dans le sens du poil des électeurs qui veulent tous recevoir plus qu'ils ne donnent : le déficit leur offre alors une solution des plus commodes.

En Grèce, les gouvernements successifs ont tous fait preuve d'une faiblesse insigne. De nombreux autres pays montrent les mêmes symptômes de lâcheté politique : les exercices fortement déficitaires continuent à se succéder. Si ces Etats ne se reprennent pas rapidement, les investisseurs pourraient bien choisir de leur retirer leur soutien. Les électeurs seraient alors confrontés à une réalité encore plus douloureuse, celle où l'on opère de sombres coupes dans les budgets et où l'on augmente les impôts.

Edward Hadas

(Traduction de Christine Lahuec)

Plus de commentaires sur l'actualité économique et financière.

Sur Breakingviews.com

Partager cet article

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Société
commenter cet article

commentaires

Articles Récents