Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 07:00
Voici une étrange affaire où l'organisation Française de lutte contre le dopage est directement en conflit avec l'UCI. Bien étrange, car, sur le papier, ces deux organisations poursuivent des intérêts communs. Le problème, c'est que c'est intérêts ne sont que théoriques. Car si l'Agence Française de lutte contre le dopage se bat contre le dopage, l'UCI cherche d'abord à prélever ses intérêts financiers.

D'où cette guerre des clans et la preuve que l'UCI se fout de la santé de ses coureurs comme de sa première paire de chaussettes. Quand on voit que l'UCI fait de même avec l'agence mondiale antidopage, on se dit que les dirigeants de l'UCI devraient être mis en examen pour mise en danger délibérée de la vie d'autrui et être conduits en prison.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 08 Octobre 2009

*********

Le rapport de l'AFLD sur le Tour 2009 tourne au bras de fer avec l'UCI
L'Union cycliste internationale doit apporter des " clarifications "


DOPAGE

    Rama Yade prend " très au sérieux le rapport "

La secrétaire d'Etat aux sports, Rama Yade, a indiqué au Monde qu'elle prenait " très au sérieux les conclusions du rapport de l'AFLD " et qu'elle serait " très attentive aux réponses que doit encore apporter l'UCI "." C'est une affaire entre l'UCI et l'AFLD mais la lutte contre le dopage est une priorité pour la France. L'AFLD est une autorité indépendante dont je respecte le travail ", commente la secrétaire d'Etat.
[-] fermer

Le torchon brûle entre l'Union cycliste internationale (UCI) et l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). Après la publication par Le Monde, lundi 5 octobre, d'un rapport de l'AFLD reprochant à l'UCI d'avoir accordé un " traitement privilégié " à l'équipe Astana pendant le Tour de France 2009, l'instance dirigeante du cyclisme mondial a qualifié les griefs de l'autorité antidopage française d'" accusations graves et infondées ".

" Une fois de plus, le président de l'UCI, Pat McQuaid, crée une polémique générale mais ne répond pas aux questions que nous soulevons, déclare au Monde le président de l'AFLD, Pierre Bordry. Le rapport que nous avons établi s'appuie sur des faits précis et des témoignages qui mettent en avant des dysfonctionnements que nous avions constatés depuis le départ du Tour de France et dont nous avions alerté le président de l'UCI. " La fédération internationale annonce qu'elle " va maintenant étudier la possibilité de collaborer avec un partenaire neutre pour les contrôles antidopage sur le sol français ", autrement dit écarter l'AFLD du prochain Tour de France. " Qu'est-ce que cela veut dire, un partenaire neutre ?, interroge Pierre Bordry. Si cela signifie se taire, alors ce ne sera pas l'AFLD. Si on veut vraiment lutter contre le dopage, il faut une politique rigoureuse des contrôles. Or, sur le Tour de France, cet été, pour ne reprendre qu'un seul exemple, des échantillons ont été transportés en dehors de toute précaution de bonne conservation. C'est tout à fait inadmissible. Et c'est notre rôle que de le dire. "

L'AFLD a reçu, mardi 6 octobre, le soutien de la ministre de la santé et des sports, Roselyne Bachelot : " Il faudrait que l'UCI présente des arguments extrêmement sérieux pour discréditer l'AFLD en ne lui confiant pas les analyses. Ce ne serait pas, je pense, en faveur de l'UCI ."

L'AFLD a fait preuve de son efficacité. A titre de comparaison, en 2009, où l'AFLD intervenait simplement en tant que prestataire de l'UCI, aucun cas positif n'a été déclaré, alors qu'en 2008, où elle était seule à effectuer les contrôles, pas moins de sept coureurs avaient été attrapés.

Le code mondial antidopage stipule que les fédérations internationales sont maîtres d'oeuvre en matière de contrôles lors des compétitions internationales. En vertu de ce principe, l'UCI pourrait se tourner vers une structure privée pour le Tour 2010. Depuis plusieurs années, une autre fédération internationale, celle de tennis, fait appel à la société suédoise IDTM pour la réalisation des contrôles lors de Roland-Garros et des autres tournois du Grand Chelem et confie les analyses au laboratoire antidopage de Montréal.

L'Agence mondiale antidopage (AMA), qui a reçu le rapport de l'AFLD, assure être " en contact avec l'UCI pour obtenir des clarifications ". " Le rôle de l'AMA est de s'assurer que des règles conformes au code mondial antidopage soient appliquées dans toutes les compétitions cyclistes ", précise-t-on à Montréal, siège de l'agence mondiale.

Lors du Tour 2003, l'AMA avait dépêché des observateurs indépendants pour superviser la politique antidopage de l'UCI. Dans leur rapport, ces derniers avaient pointé un certain nombre de faiblesses qui se retrouvent dans celui de l'AFLD six ans plus tard, et émis des recommandations afin d'améliorer l'efficacité des contrôles. Le président de l'UCI de l'époque, Hein Verbruggen, avait dénoncé des " inexactitudes " et annoncé qu'il n'accepterait plus la présence des observateurs de l'AMA sur le Tour.

Stéphane Mandard

Partager cet article

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Articles Récents