Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 07:00
C'est un aspect méconnu que la politique commerciale de la Chine concernant certains métaux : elle les frappe de telles taxes à l'exportation qu'elle crée artificiellement le manque de par le monde.

Ces métaux, étant indispensables à certaines technologies actuelles, la Chine tient donc la technologie mondiale dans ses mains.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 30 décembre 2009

*********

La Chine restreint ses exportations de matières premières stratégiques
Les Etats-Unis et l'Europe ont saisi l'OMC pour casser le monopole croissant du pays sur certains métaux

L'Union européenne (UE), les Etats-Unis et le Mexique ont tiré un coup de semonce important contre la Chine, le 21 décembre, en obtenant la création d'un groupe spécial de règlement des différends à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Ce groupe sera chargé de dire si Pékin viole la libre concurrence par ses restrictions à l'exportation de matières premières.

    A l'export, la Chine va dépasser l'Allemagne

" La Chine va probablement supplanter l'Allemagne pour devenir le premier exportateur mondial ", a assuré, le 28 décembre, le ministre adjoint chinois au commerce, Zhong Shan. Les exportations chinoises devraient atteindre 1 190 milliards de dollars en 2009 (825 milliards d'euros), contre environ 1 000 milliards de dollars pour les allemandes.
[-] fermer

Pour les industries européennes, il s'agit d'une question de survie, comme cela a été précisé par la Commission dans son " initiative matières premières " du 4 novembre 2008. Elle y constatait " plus de 450 restrictions à l'exportation pour plus de 400 matières premières différentes " pratiquées par des pays émergents. Elle y annonçait que " l'UE agira avec détermination pour contester les mesures qui vont à l'encontre des règles de l'OMC ou des accords bilatéraux ".

C'est ce qu'elle fait en dénonçant les restrictions chinoises sur la bauxite, le coke, le germanium, le magnésium, le manganèse, le silicium, le zinc et le phosphore. Ainsi, le manganèse chinois est-il frappé d'une taxe à l'export de 30 %. " Les industries de l'Union potentiellement touchées représentent 4 % de l'activité industrielle de l'UE et près de 500 000 emplois ", estime la Commission, qui attaque ces pratiques au nom du protocole d'accession à l'OMC dans lequel la Chine promettait, en 2001, de ne pas limiter l'accès à ses matières premières.

Le jugement de l'OMC sera très attendu, tant le monopole chinois sur un nombre croissant de matières premières stratégiques est perçu comme une menace.

" Il y a vingt ans, raconte Georges Pichon, PDG du négociant en métaux MarsMetal, on ne dénombrait aucun grand producteur de magnésium en Chine. Aujourd'hui, il n'y en a plus un seul hors de Chine. " " Le tantale, indispensable pour nos téléphones portables, était à l'origine traité uniquement par des Occidentaux, poursuit M. Pichon. En dix ans, le chinois Ningxia Orient Tantalum s'est approprié 20 % du marché. Pour élever le niveau de vie de sa population, Pékin mène une politique habile de grande puissance pour contrôler le plus de filières technologiques possible. "

Ces filières dépendent de la maîtrise de vingt-neuf " métaux rares " (de l'antimoine au vanadium, en passant par l'indium) et de dix-sept " terres rares " (notamment l'or, le rhodium, le rhénium, ou le germanium...). Utilisés en quantités infinitésimales, ces éléments améliorent les propriétés physico-chimiques des autres métaux. Ils sont produits en petites quantités (130 tonnes de gallium par an), car ils sont souvent un sous-produit, à l'image du rhénium, extrait du molybdène, lui-même extrait du cuivre. Ils coûtent donc cher : le rhodium a atteint, en janvier 2008, le prix de 7 000 dollars l'once, quand l'or était à 900 dollars !

Autant dire qu'ils sont réservés à de très hautes technologies. Chaque écran à cristaux liquides contient 2 grammes d'indium. Pas d'ampoule basse consommation sans gallium. Pas de cellules solaires performantes sans sélénium. Pas de vision de nuit infrarouge sans germanium. Derrière la plainte à l'OMC des Occidentaux, ce sont ces terres rares qui sont en jeu, car la Chine est réputée assurer 95 % de leur production mondiale.

A l'OMC, on s'attend à ce que Pékin invoque l'article XX-G du GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce), qui prévoit des exceptions au libre-échange pour raisons environnementales. Le site du Quotidien du peuple a fait valoir, le 6 novembre, qu'au rythme d'exploitation actuel le premier gisement mondial de terres rares, à Baotou en Mongolie-Intérieure, pourrait être épuisé dans trente ans. D'autre part, le gouvernement chinois plaidera qu'en créant des quotas d'exportation (233 tonnes pour l'indium en 2009) il veut mettre fin aux exportations sauvages dont bénéficient les Occidentaux et qui représenteraient un tiers des sorties chinoises de métaux rares.

Forcer la Chine à respecter les règles de l'OMC ne suffira pas. Christian Hocquard, économiste au Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), a souligné, le 3 décembre lors d'une conférence, que les Exchange Traded Funds (ETF), véhicules d'investissement physique sur les matières premières, commençaient à en stocker - notamment de l'indium - pour assécher ce petit marché et faire exploser les prix.

" Est-ce bien raisonnable de considérer les métaux rares comme une classe d'actifs ? ", demande M. Hocquard, qui conseille aux industriels des mesures antispéculation : signature de contrats d'achat à long terme, couverture à terme à des prix fixés au London Metal Exchange, stockage préventif, recyclage des matières rares (50 000 téléphones = un kilo d'or), substitution d'un métal à un autre (le palladium à la place du platine dans les pots catalytiques).

Faute de volonté, les " bulles " en formation déboucheront sur des crises qui donneront crédit aux croyances millénaristes prédisant l'épuisement de tel minéral comme signe avant-coureur de la fin du monde. Et sur des bénéfices indus pour les spéculateurs.

Alain Faujas

Partager cet article

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Articles Récents