Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 07:00
Que la SNCF soit l'entreprise la plus incompétente de France, cela fait malheureusement aucun doute. Ce, pour une raison simple : quand on a à sa tête un incompétent, on ne peut pas demander un service sans faille.

Mais la palme en la matière revient sans doute, d'après cet article, à la gestion des TER en région PACA. Elle y est catastrophique, largement dûe à la SNCF elle même, avec son personnel digne d'un rat de Panurge.

Malheureusement, cela ne m'étonne pas.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 24 Février 2010

********

Des TER au bord de l'asphyxie
Point faible Le manque de fiabilité du réseau de trains express régionaux alimente les débats de la campagne électorale et empoisonne les relations entre Région et SNCF

Marseille Correspondant

Le dossier des trains express régionaux (TER) s'est d'emblée imposé comme un sujet phare de la campagne électorale, ouvrant un débat très animé entre la région, la SNCF, les syndicats de cheminots et les usagers. Michel Vauzelle, président (PS) sortant du conseil régional, répète dès qu'il en a l'occasion : " Depuis 1998, la région a financé le ferroviaire à hauteur de près de trois milliards d'euros. Le compte n'y est pas, la région est volée. "

Selon le palmarès 2009 de La Vie du rail, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) est en queue de peloton des régions françaises en termes de fiabilité du service, ce qui, ici plus qu'ailleurs, empoisonne les relations entre le conseil régional et la SNCF. Pourtant, l'engouement pour ce mode de transport ne fléchit pas dans une région où les autoroutes sont asphyxiées près des grandes agglomérations. Chaque jour, 700 TER transportent 100 000 voyageurs, dont 40 000 dans les Alpes-Maritimes. Et la ligne du littoral de la Côte d'Azur est numéro deux après l'Ile-de-France pour sa fréquentation.

Les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes de la région qui a versé, en 2009, à la SNCF, une subvention de 215 millions d'euros, à laquelle s'est ajoutée une commande de seize nouvelles rames, soit un investissement de 190 millions. Les voyageurs ne sont pas plus satisfaits : en 2009, les dysfonctionnements divers ont affecté près du quart des trajets et près de 16 000 trains (soit 7,2 %) ont été supprimés. Causes de ces suppressions : les grèves pour 9 587 d'entre elles, les défaillances internes à la SNCF pour 4 487, et les incidents comme la météo ou les suicides pour 1 886.

Eric Sauri anime l'association Les naufragés du TER Grasse-Vintimille. Il considère que la région est frappée d'une " malédiction ". " Vu les investissements, nous devrions avoir un TER qui tient la route, or nous avons un train de campagne, juge t-il. Pour l'instant, c'est la roulette russe. Le jour où le cadencement d'un train sera de quinze minutes aux heures de pointe, les gens utiliseront les TER. "

Saturation

La SNCF plaide coupable, mais réclame des circonstances atténuantes. D'abord en raison des particularités de la région : deux grandes agglomérations - les 2e et 5e du pays - et un réseau très élémentaire de deux voies longeant la côte. Olivier Monnot, directeur délégué aux TER à la SNCF, compare à de " l'horlogerie fine " la gestion des 500 trains quotidiens à Marseille-Saint Charles. " A Lyon, quelle que soit la direction, la SNCF dispose sur vingt kilomètres d'au moins quatre voies. A Saint-Charles, passés quelques kilomètres, le réseau passe à deux voies jusqu'à Toulon où il faut faire circuler à la queue leu leu les TGV, les TER et les convois de fret. " La création d'une 3e voie sur les 13 kilomètres qui séparent Marseille d'Aubagne, tout comme entre Antibes et Cagnes-sur-Mer (8 km) permettra de lutter contre " un niveau de saturation tel qu'au moindre grain de sable tout se bloque ". Sur ces deux lignes, les travaux seront terminés en 2014 et contribueront à combler une partie d'un retard reconnu par l'Etat. " Je n'ai jamais vu une région aussi abandonnée en termes de transports ferroviaires " , a déclaré le préfet de région, Michel Sappin, lors du lancement des travaux à Aubagne.

PACA connaît, par ailleurs, davantage de conflits et de grèves à la SNCF que dans les autres régions. La situation se situe " à un niveau insupportable pour ceux qui prennent le train ", estime M. Monnot, qui ajoute : " On ne sait pas, de part et d'autre, arriver à un résultat sans conflits. " La région est historiquement marquée par une activité syndicale forte : " Les cheminots restent le fer de lance du combat social ", estime Joël Nodin, délégué de Sud-Rail, qui déplore " le choix de la SNCF du pourrissement des conflits ".

Le conseil régional, qui consacre un quart de son budget aux transports, aimerait ne plus être lanterne rouge pour ses TER. Il promet de taper du poing sur la table, en 2011, lors de la clause de " revoyure " prévue à mi-parcours du contrat d'exploitation des services ferroviaires régionaux qui le lie à la SNCF jusqu'en 2016. L'assemblée a voté le doublement des pénalités imposées à l'exploitant pour le non-respect de ses engagements. Pour 2009, la région estime qu'à ce titre, la SNCF aura à régler environ six millions d'euros.

L. L.

Partager cet article

Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article

commentaires

Articles Récents