Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 07:00

Pour le moins bluffante cette technologie permettant à des élèves dyslexiques d'écrire en dictant leurs phrases !

Une efficacité qui mériterait d'être plus généralisée à bons nombres d'établissements scolaires accueillant ce type d'élèves.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 12 Mai 2010

**************

L'ordinateur au secours des élèves dyslexiques

A la pointe du progrès, le centre scolaire, rattaché à l'unité de rééducation neurologique infantile de l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), tranche avec le bâtiment décati qui l'héberge. En tout, cinq classes pour 35 élèves, grands dyslexiques, à l'image des sept enfants dont Hervé Legallic, maître spécialisé, a la charge.

Certains sont encore en stage d'observation avant une possible admission. D'autres en sont à leur deuxième année, en principe la dernière, avant leur retour dans le circuit scolaire ordinaire ou spécialisé. Tous ont une lecture lente, hachurée, erronée, fatigante ; une écriture hésitante, le plus souvent phonétique, quand ils ne sautent pas carrément des mots.

A 11-12 ans, ils suivent - difficilement - des cours de CE2. Pour les aider à progresser malgré l'important trouble du langage écrit qui affecte à différents degrés leur apprentissage de la lecture et de l'écriture, Hervé Legallic utilise un logiciel de reconnaissance vocale.

Si elle n'est pas miraculeuse, la méthode permet des résultats surprenants en comparaison de la production d'écrits dont les élèves sont capables sans aide. Grâce au logiciel Dragon Naturally Speaking 10, ils peuvent écrire de façon assez fluide, en dictant au lieu de devoir utiliser un crayon.

Une solution qui résoud une bonne partie de leurs problèmes, en passant par dessus leurs difficultés avec l'écrit.

Ce matin-là, quatre des sept élèves de M. Legallic font une dictée vocale. Casque et micro en place, ils répondent à des questions du maître sur la mesure du temps, une leçon qu'ils ont préparée auparavant. Aucun crayon ni stylo ; seulement des ordinateurs et le polycopié avec les questions du maître.

Dans cette classe, le silence n'est pas de mise. Chacun dicte à voix haute ses réponses, qui s'inscrivent immédiatement sur l'écran de leur portable. S'il y a une faute, parce qu'un mot est mal dicté, le logiciel le souligne en rouge. On entend alors l'élève ordonner à la machine " sélectionner clespidre ".

Le mot une fois repéré par Dragon, l'élève dicte en faisant attention : " clepsydre ", et le mot apparaît, bien orthographié. Quand l'enfant ordonne " effacer ça ", l'ordinateur efface la dernière prise de notes et attend la correction ; quand il dit : " à la ligne " ou " tiret ", l'ordinateur obéit au doigt et à l'oeil. Bluffant !

Finalement, après quelques corrections, l'élève réussit, avec l'aide du maître et de Dragon, à écrire un texte tout à fait correct en regard de ce qu'il aurait écrit seul. D'ailleurs, quand il n'utilise pas le logiciel, ses résultats chutent immédiatement. Quand Mathieu veut écrire lui-même la date du jour, cela donne " mardi 4 mia 2010 ". Comme il n'arrive pas à corriger, il dicte " mia ", pour que le logiciel souligne le mot, puis dit " mai ", et Dragon corrige la faute.

Interrogés, tous adorent le logiciel même si, " des fois, il faut activer l'outil de correction et répéter ". Et puis, comme Jean-Pierre, tous ont conscience que " c'est une aide, mais il faut quand même continuer d'apprendre à lire et à écrire ".

Pendant que ses camarades font leur dictée vocale, Jérémy travaille avec Word Q, un logiciel de prédiction de mots avec synthèse vocale intégrée. Quand il fait une erreur, l'ordinateur lui propose une liste de mots logiquement approchants, pour l'aider à corriger. Il peut aussi aller sur un site Internet, Wikipédia par exemple, sélectionner un texte, et le logiciel lui lit à voix haute le passage surligné !

Gadgets ces logiciels ? Si c'était le cas, M. Legallic ne les utiliserait pas depuis tant d'années : " Le gain est évident. La trace écrite produite est largement plus valide que celle obtenue sans Dragon et Word Q. " Autre avantage non négligeable, ces techniques permettent aux enfants sans cesse confrontés à l'échec de reprendre confiance en eux. " Ça dédramatise. Ils ont moins de blocages. Ils quittent une position d'échec total et peuvent reprendre pied dans leurs apprentissages ", confie l'enseignant.

La reconnaissance vocale a fait d'énormes progrès ces cinq dernières années. " Une avancée liée aux ordinateurs portables qui sont plus puissants et la version 10 de Dragon, qui permet de mieux reconnaître les voix d'enfants ", estime Cécilia Glabiati. Avec Aude Alexandre, une autre ergothérapeute de Bicêtre, elle apprend aux enfants qui ont été sélectionnés après un bilan de leur dyslexie, à se servir du logiciel, à mémoriser les commandes de Dragon, et à apprendre la bonne façon de dicter.

Déjà surprenant avec des enfants de 11 ans, " Dragon 10 est encore plus efficace avec des collégiens ", témoignent les deux professionnelles. Elles en reçoivent qui viennent se familiariser avec leur orthophoniste au maniement de Dragon, afin de l'utiliser chez eux pour remettre au propre leurs cours ou dicter un devoir.

Sur demande du médecin scolaire, l'utilisation du logiciel peut être autorisée lors d'un examen. Un droit, au même titre que le tiers-temps supplémentaire, le recours à un secrétaire ou à un auxiliaire de vie scolaire, dont peut bénéficier tout élève handicapé.

Marc Dupuis

Partager cet article

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Articles Récents