Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 07:00

Voici un éditorialiste du Monde qui n'aime pas que l'Allemagne soit rigoureuse. Sous le prétexte pour le moins fallacieux qu'elle n'a aucun mal à emprunter, elle se devrait à laisser traîner son déficit public. On a vu plus motivé comme propos...

D'autant plus que ce Monsieur n'hésite pas à dire que la consommation pourrait être en berne par sa rigueur : là aussi, ça reste à démontrer... En terme de rigueur et de sérieux budgétaire, la France et les Français n'ont pas leur mot à dire : quand on a un déficit se montant à 8% du PIB, ses leçons, on se les garde pour soi et on ferme sa gueule, même si on est persuadé d'avoir raison !

Quand on aura un déficit public un peu moins grand, on pourra toujours l'ouvrir. Bref, la France et ses journaux vont encore passer pour des grands donneurs de leçons arrogants alors qu'ils ont élu un naze à la tête du pays. C'est con, mais c'est comme ça : maintenant que le mal est fait, on se doit de laisser l'Allemagne faire comme elle l'entend, car, comme en foot, elle est bien meilleure que nous !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 15 Juin 2010

*********

Editorial
Les fausses vertus de l'exemplarité allemande

Que la zone euro soit aujourd'hui malade des pays d'Europe du Sud, de leurs faiblesses économiques structurelles, de leur manque de compétitivité, personne ne peut le nier. Mais il faut aussi se demander si elle n'est pas malade, et plus gravement encore, de la stratégie économique menée par sa première puissance, à savoir l'Allemagne.

Il y a une semaine, Berlin annonçait, à la surprise générale, un plan d'économies budgétaires de 80 milliards d'euros d'ici à 2014. Le président de la Bundesbank, Axel Weber, s'est réjoui de ce programme, qui a " valeur d'exemple ".

Certes, les mesures de rigueur décidées par l'Allemagne vont contraindre ses partenaires, en premier lieu la France, à faire enfin un véritable ménage dans leurs propres comptes publics et à ne pas se contenter de promesses creuses. Mais en dehors de cet impact vertueux, l'austérité allemande apparaît au moins aussi inutile que dangereuse. Inutile dans la mesure où les marchés n'exercent aucune pression sur les emprunts d'Etat allemands, considérés par les investisseurs comme des valeurs extrêmement sûres, et qui présentent les taux d'intérêt les plus bas au monde.

Surtout, la rigueur allemande risque d'avoir des effets très négatifs sur la croissance dans toute l'Europe, sans laquelle il est vain d'espérer un assainissement durable des finances publiques. Les mesures d'économies budgétaires vont peser sur la consommation des ménages allemands, alors même que Paris, Washington et l'ensemble des économistes réclamaient, au contraire, qu'elle soit stimulée pour soutenir la croissance chez ses voisins.

Au lieu de cela, l'Allemagne choisit de s'enfermer dans une stratégie " non coopérative ", pour parler comme les experts, convaincue de la supériorité de son modèle de croissance, fondé sur la compétitivité, via la maîtrise des coûts salariaux, et les exportations.

C'est oublier que ce modèle ne fonctionne, comme l'avait justement remarqué la ministre de l'économie, Christine Lagarde, que si d'autres pays choisissent une voie différente, celle de la demande intérieure. Par définition, tout le monde ne peut pas dégager des excédents " kolossaux ". L'année 2009, au cours de laquelle l'Allemagne, victime de l'effondrement du commerce mondial, a subi une récession de 5 %, aurait pourtant dû lui faire prendre conscience que son modèle n'est pas si parfait que cela. Et qu'il est grand temps de le rééquilibrer pour son propre bien, celui de ses partenaires et l'avenir de l'euro. Ce n'est, à l'évidence, pas le cas.

Berlin ne cesse de réclamer une meilleure gouvernance économique de la zone euro, en insistant sur la nécessité de renforcer le pacte de stabilité et les mesures de sanction contre les pays laxistes. Mais une meilleure gouvernance, c'est aussi, surtout, une meilleure harmonisation des stratégies, un sens du jeu collectif. Il faut regretter que Mme Merkel n'affiche pas, en matière de politique économique européenne, les mêmes vertus que la Mannschaft, l'équipe allemande, en Afrique du Sud.

Partager cet article

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Société
commenter cet article

commentaires

Articles Récents