Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 07:00

Ceci est un article passionnant qui montre comment un détenu ayant voulu se faire la belle d'une prison a aidé à trouver les restes d'un ancien prisonnier sous l'occupation allemande !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 06 Avril 2010

**********

Un ex-évadé de Toulouse a ravivé les souvenirs douloureux de la Résistance
Le braqueur affirmait avoir découvert des ossements sous la prison Saint-Michel lors de sa fuite

Dans la nuit du 2 au 3 août 1978, Cyprien Elix et quatre acolytes se faisaient la belle de la prison Saint-Michel, à Toulouse. Durant des semaines, les détenus avaient creusé un tunnel, dissimulant des mètres cubes de gravats au nez et à la barbe des gardiens. Les comparses avaient ensuite rejoint les galeries souterraines aménagées naguère sous les bâtiments par les occupants allemands. Enfin, ils débouchaient dans la rue Saint-Denis et s'évanouissaient dans la nature.

Pas pour longtemps. Cyprien Elix était repris après seulement quelques jours. Le braqueur multirécidiviste, alors âgé de 52 ans, était à nouveau incarcéré, cette fois à Fresnes, dans la banlieue parisienne. A toutes fins utiles, l'évadé informa l'administration pénitentiaire qu'en creusant sous Saint-Michel, il était tombé sur une fosse, encombrée de restes humains. A la lueur d'une faible lampe bricolée, il avait rampé sur des restes calcinés qui avaient, dira-t-il, la consistance " du marc de café ". Il avait dû écarter cinq ou six crânes pour passer. Peut-être y en avait-il d'autres, il ne pouvait le jurer, ne s'étant pas attardé à explorer le lieu.

La découverte de ce citoyen pas forcément modèle resta sans suite, soit qu'elle ne fut pas crue, soit qu'elle embarrassa. Le passage ouvert par les évadés fut solidement cimenté. On en resta là.

Cyprien Elix ne reparla plus de cette ténébreuse affaire et finit de purger sa peine. Après un parcours pénal émaillé d'une demi-douzaine de prisons, il se rangea des voitures, s'installa dans l'Aude pour ses vieux jours, dans la maison de son frère où il cultiva sagement son jardin. Mais, à Toulouse, l'histoire courrait désormais que des ossements se trouvaient là, quelque part sous la prison.

Près de trois décennies s'écoulèrent avant que l'écho de cette rumeur parvînt, en 2004, à Monique Delattre-Attia. Cette femme de 69 ans, admirable d'opiniâtreté, enquêtait depuis des années sur le sort de son père, Jean Delattre. Ce résistant emprisonné à Saint-Michel est mort à 29 ans dans des conditions mystérieuses. Selon le témoignage d'un compagnon interné, il a été extrait de sa cellule le 17 août 1944, deux jours avant la libération de Toulouse, et n'a plus reparu. Pendant ces heures de débandade, les Allemands ont exécuté des dizaines de prisonniers choisis on ne sait comment.

Peut-être Jean Delattre a-t-il fait partie des suppliciés emmenés à une vingtaine de kilomètres de là, à Buzet-sur-Tarn, où cinquante-quatre hommes et femmes furent sauvagement abattus et leurs corps brûlés. Mais peut-être ses ossements sont-ils là, sous le quartier numéro un de la prison, où la Gestapo torturait et exécutait.

Au nom du père qu'elle n'a presque pas connu, Mme Delattre-Attia enquête, alerte les élus de Haute-Garonne, trouve une oreille attentive du sénateur socialiste Jean-Jacques Mirassou, un spécialiste de la mémoire résistante, qui l'aide dans ses démarches. Elle finit par retrouver la trace de Cyprien Elix en 2008, l'appelle dans sa retraite.

Au printemps 2009, malade, sentant sa fin prochaine, l'ancien détenu se propose de lui montrer l'emplacement. A ce moment, la vieille prison est en activité réduite, la plupart des détenus ont été déménagés. Avec l'accord de l'administration pénitentiaire, le 8 juin, Cyprien Elix guide Mme Delattre-Attia et M. Mirassou dans les souterrains. " Lui qui semblait très fatigué a semblé requinqué en se retrouvant là ", raconte la femme. " Il a hésité un peu, est revenu en arrière, a fait quelques mètres à droite. Il a pointé sa lampe torche vers un mur et dit : "C'est là !" Un pan était en effet refait. Sans lui, jamais nous n'aurions trouvé ", se souvient le sénateur, qui ne doute pas de la véracité des dires de Cyprien Elix : " Pourquoi aurait-il inventé cela ? " Le 26 septembre, l'ancien détenu mourrait, délesté d'un lourd secret.

Mme Delattre-Attia, rejoint par d'autres familles de disparus de 1944, demande alors à ce que les ossements soient extraits et soumis à une analyse ADN. " C'est la seule manière de savoir si mon père est là ", argumente-t-elle. Elle écrit au garde des sceaux, au procureur de Toulouse, insiste comme à son habitude. Le temps presse. La prison doit être vendue par les Domaines, peut-être détruite. La ville de Toulouse souhaite acquérir le lieu mais les négociations achoppent sur le prix.

Quant aux restes humains, Mme Delattre-Attia espère qu'ils ne seront pas jetés dans une fosse commune. Le dossier est actuellement étudié par le parquet de Toulouse qui n'a pas répondu au Monde. " Ils m'ont dit attendre des instructions de la chancellerie ", explique-t-elle. " Juridiquement et techniquement, on va trouver une solution pour que les ossements soient datés et expertisés ", assure au Monde le ministère de la justice. Peut-être saura-t-on enfin qui étaient ces hommes ou ces femmes oubliés ? Monique Delattre-Attia espère que Jean est parmi eux : " J'ai besoin de savoir où est mon papa. "

Benoît Hopquin

Partager cet article

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Articles Récents