Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 07:00

Mais si vous connaissez Lagarde ! C'est notre ministre de l'Economie qui n'a même pas su à quel taux on avait prêté de l'argent aux banques !

Et maintenant, c'est elle qui se permet de donner des leçons à notre voisin Européen, qui est le premier exportateur au monde !

Alors oui, c'est vrai, ils n'ont pas de salaire minimum. Il n'empêche que l'Allemagne a des syndicats très puissants mais réalistes. Ces syndicats font grève très rarement, mais quand ils font grève, ils ne le font pas à moitié : ils bloquent le pays. Ces syndicats, aussi, n'hésitent pas à négocier en baissant leur salaire mais avec des contre-parties très solides : le maintien de la force de travail dans le pays.

A l'arrivée, on a deux pays :
- L'un est le premier exportateur au monde avec un déficit public contenu : l'Allemagne
- L'autre a un déficit public extraordinairement élevé, dirigé par le gouvernement le plus incompétent de la Ve République et un commerce extérieur en berne : la France

Qui est le meilleur ? L'Allemagne incontestablement !

La France, par son ministre incompétent ose critiquer son voisin bien meilleur que lui ! Décidément, les cons, ça ose tout, et c'est même à ça qu'on les reconnaît !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 17 Mars 2010

*********

Berlin s'indigne des critiques de Mme Lagarde contre l'excédent commercial allemand

Berlin Correspondante

Berlin n'a pas du tout apprécié les critiques à l'encontre de la politique économique allemande formulées par Christine Lagarde. Dans le Financial Times du lundi 15 mars, la ministre de l'économie française accusait la politique d'excédent commercial fondée sur une stricte maîtrise des coûts de production conduite par l'Allemagne de porter préjudice à la cohésion de la zone euro.

" Que des pays qui ont vécu par le passé au-dessus de leurs moyens et qui ont négligé leur compétitivité en montrent d'autres du doigt est certes humainement et politiquement compréhensible, mais malgré tout injuste ", a réagi le ministre allemand de l'économie, Rainer Brüderle (FDP), dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), mardi.

Plus modéré, un porte-parole de la chancelière chrétienne-démocrate, Angela Merkel, a souligné qu'il " est plus profitable de réfléchir ensemble à une stratégie de croissance plutôt que d'obliger certains à se retenir artificiellement ". Dans un pays qui ne dispose pas d'un salaire minimum généralisé et où l'autonomie des partenaires sociaux est sacrée, les propos de la ministre française passent mal. " Nous ne sommes pas un pays qui décrète les salaires ou la consommation ", a insisté un porte-parole du gouvernement.
...

Berlin n'a pas du tout apprécié les critiques à l'encontre de la politique économique allemande formulées par Christine Lagarde. Dans le Financial Times du lundi 15 mars, la ministre de l'économie française accusait la politique d'excédent commercial fondée sur une stricte maîtrise des coûts de production conduite par l'Allemagne de porter préjudice à la cohésion de la zone euro.

" Que des pays qui ont vécu par le passé au-dessus de leurs moyens et qui ont négligé leur compétitivité en montrent d'autres du doigt est certes humainement et politiquement compréhensible, mais malgré tout injuste ", a réagi le ministre allemand de l'économie, Rainer Brüderle (FDP), dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), mardi.

Plus modéré, un porte-parole de la chancelière chrétienne-démocrate, Angela Merkel, a souligné qu'il " est plus profitable de réfléchir ensemble à une stratégie de croissance plutôt que d'obliger certains à se retenir artificiellement ". Dans un pays qui ne dispose pas d'un salaire minimum généralisé et où l'autonomie des partenaires sociaux est sacrée, les propos de la ministre française passent mal. " Nous ne sommes pas un pays qui décrète les salaires ou la consommation ", a insisté un porte-parole du gouvernement.

Outre-Rhin, la politique de modération salariale appliquée depuis de nombreuses années pour préserver les emplois industriels est considérée comme un succès par la plupart des experts. Le récent accord salarial dans la métallurgie, en février, va dans ce sens. Il protège les emplois aux dépens des hausses de salaire. Néanmoins, la fédération des syndicats allemands (DGB) a soutenu les propos de Mme Lagarde. " Nous avons besoin d'une stratégie solidaire afin que la zone euro ne se disloque pas ", a déclaré son chef économiste, Dierk Hirschel.

Mardi, la majorité des titres allemands critiquaient Paris. " Justement la France ! Un pays qui, avec sa politique industrielle d'Etat, déforme en permanence la concurrence internationale, exige désormais du gouvernement fédéral qu'il réduise l'excédent commercial ", s'est indigné Die Welt. " L'industrie française en voie de rétrécissement n'est pas un modèle pour la survie dans un monde économique globalisé ", s'est moqué le FAZ. " Celui qui veut avancer devrait s'orienter en prenant l'exemple du meilleur et ne pas chercher à l'entraîner vers son faible niveau ", professait Süddeutsche Zeitung. Seul le quotidien économique Financial Times Deutschland considère que ces remarques méritent réflexion.

Cécile Calla

Partager cet article

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Société
commenter cet article

commentaires

Articles Récents