Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 12:00
Arf ! Et bien, l'URSSAF est en train de se faire des copains en rappelant à certaines sociétés leurs devoirs en matière d'avantages en nature !

M'est avis que ça va pas faire que des contents cette mesure et que l'on pourrait bien avoir des grèves prochainement pour défendre ces principes !

Un article du journal 'Le Figaro' daté du 08 Juillet 2008

**********

Avantages en nature :
la fin des privilèges
Thierry Vigoureux
08/07/2008 | Mise à jour : 11:17 | Commentaires 187
.
(photo Soriano/Le Figaro)
(photo Soriano/Le Figaro)
L'URSSAF veut taxer les entreprises et les salariés qui bénéficient d'avantages en nature à Air France, mais aussi à la SNCF et à EDF.

Menaces sur les «privilèges» des salariés d'Air France, de la SNCF et d'EDF-GDF qui bénéficient d'avantages en nature. Cela, sous forme de voyages gratuits ou pas chers ou de kilowatts ou de mètres cubes de gaz à bon compte. Ces billets dits «GP» (gratuité partielle) qui font fantasmer ceux qui rêvent d'être salariés de ces entreprises, risquent fortement d'être taxés, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Ils seraient alors soumis à des cotisations sociales payées à la fois par l'employeur et par le salarié. Ce dernier devra, en plus, les inscrire dans sa déclaration annuelle de revenus et sera donc imposé en fonction de la tranche atteinte.
Motif de grèves
L'URSSAF s'est saisie de ce dossier et aurait souhaité appliquer strictement, dès le 1er juillet, le Code de la Sécurité sociale et les arrêtés des 10 et 20 décembre 2002 qui définissent son application. On y lit que les avantages en nature constituent un élément de rémunération et doivent donc supporter des cotisations sociales. Toutefois, par mesure de tolérance, l'administration exonère de charge les produits et services fournis aux salariés de ces entreprises dès lors que la réduction tarifaire accordée n'excède pas 30 % du tarif public le plus bas pratiqué dans l'année. Ce qui n'est pas le cas, ni à Air France, ni à la SNCF, à EDF et à GDF où la remise sur le prix payé par le salarié et ses ayants droit peut atteindre 90 %, voire 100 %.

Les velléités de l'URSSAF ont fait l'effet d'une bombe. Certains syndicats du transport aérien ont déjà inscrit ce point dans leur revendication lors de prochaines grèves. Même l'UMP s'en émeut par l'intermédiaire de sa «délégation pôle aérien» dans une lettre adressée la semaine dernière à Dominique Bussereau, secrétaire d'État chargé des Transports, dont Le Figaro a pris connaissance. «Ces mesures provoquent une vive émotion dans notre milieu professionnel qui s'étonne de voir l'URSSAF s'attaquer ainsi à son pouvoir d'achat», écrit au ministre Lionel Tardy, délégué général du pôle aérien UMP qui avertit : «Devant ces attaques ciblées, nous tenons à vous informer d'un risque de conflit majeur de l'ensemble des salariés du secteur de l'aérien lors des prochains départs en vacances.»

Interrogé par Le Figaro, un porte-parole de l'URSSAF précise qu'elle contrôle les grandes sociétés et les grandes structures environ tous les trois ans et qu'elle n'est pas en mesure d'évaluer le montant des recettes attendues après taxation du 1,5 million de billets délivrés par an par Air France à ses salariés et ayants droit.

La taxation de ces avantages en nature semble très complexe alors que la réintégration d'une voiture, d'un logement ou d'un téléphone de fonction mis à disposition d'un cadre est simple.
Négociations en cours sur le prix de base
En outre, les salariés de la SNCF bénéficient de billets entièrement gratuits tandis que ceux d'Air France paient un petit pourcentage du coût du transport. Des négociations sont en cours entre les différentes parties notamment sur la notion de prix de base d'un billet.

Dans l'aérien, il est devenu très difficile d'établir un prix de référence, car les tarifs changent sans cesse en fonction du remplissage de l'avion. Un salarié d'Air France peut bénéficier de billets sur d'autres compagnies qui devront alors avoir une comptabilité spécifique vis-à-vis de l'URSSAF. Par ailleurs, «le billet GP» a perdu beaucoup de son aura depuis que les vols sont de plus en plus souvent complets. Il connaît un certain succès sur les liaisons intérieures et européennes aux nombreuses fréquences. L'interdiction de réserver les rend aléatoires en long-courrier quand, par exemple, une rentrée scolaire doit être assurée le lendemain.

Enfin, notent les syndicats d'Air France, cette fiscalisation remettrait en cause la grille salariale du personnel au sol qui accepte une rémunération peu élevée en échange de ces avantages.

LIRE AUSSI

» Logement, voiture, portable… il faut cotiser

» Les différents régimes de gratuité dans les entreprises

» PRATIQUE - Réduire ses impôts

Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 12:00
Salut à tous,

A force d'entre les James Hetfield, Kirk Hamett et consorts jouer de la gratte dans mes oreilles, j'ai décidé de m'acheter une guitare électrique pour essayer de reproduire leurs sons déments.

Je suis donc allé sur le site 'PriceMinister' (un excellent site qui propose des tas de trucs pour pas cher) et ai fait une commande chez le vendeur DOCMUSIC .

Ce vendeur est un vendeur pro dont l'adresse postale est la suivante :

LGP-Music
22 Rue de la Poste
72110 Nogent Le Bernard

Il a aussi un site Web de vente directe en ligne par le site :
http://www.musicarius.com et peuvent être joints par musicarius@wanadoo.fr

Les prix étaient réellement très attractifs : 200Euros, port compris pour une guitare accompagnée de son ampli 15W et d'un accordeur : Wouaah !

Je la commande, et 5 jours après, le livreur vient me la livrer. Ma femme réceptionne la commande et ne pense pas à ouvrir le colis et tout déballer pour voir si tout est en ordre : GRAVE ERREUR !

Le soir, je rentre, je sors l'engin de son carton et je vois que l'instrument s'est mangé un petit jeton sur l'arrière... Ca fait chier : dépenser 200Euros pour avoir quelque chose qui n'est pas nickel au déballage ne fait pas réellement plaisir... Je contacte le vendeur qui me dit que si j'ai rempli le formulaire 2bis au déballage et que j'ai fait les réclamations qu'il se doit, il va pouvoir faire jouer une assurance qui me fera ne rien dépenser à renvoyer la gratte et qu'il va pouvoir me l'échanger contre une neuve (sic!) : la guitare que j'ai donc achetée n'est donc pas neuve ???. Dans le cas contraire, on ne fournit pas la boite de Kleenex...

Bref, j'ai l'impression de m'être fait un peu enfler. D'autant plus que la guitare était très bien emballée et que je doute, sauf si les gars de chez Calberson ont l'habitude de prendre les chemins de terre, que le choc ait été du au transport... Je soupçonne plutôt un coup retord du genre, on livre une guitare qui a un choc et si le client le remarque, on fait jouer l'assurance et hop, on se fait rembourser l'instrument, et si le client ne remarque rien, c'est pour sa pomme... Malin non ?

D'autant plus que les gars de chez DOCMUSIC - LGP Music - Musicarius ont cru bon de me rappeler des articles du code du commerce ! Grave erreur ! Pour un gars, comme moi, qui a une année de droit à la Fac de Grenoble derrière lui, et un dossier en Cour de Cassation (...avec un mémoire de Cass' écrit par ses soins...) contre la SNCF, se faire rappeler des articles de Loi, ça passe pas... Je leur ai donc rappelé que la base, en matière de vente par correspondance, c'était la libre rétractation pour quelque motif que ce soit sous un délai de 7 jours à partir de la livraison (mais, dans ce cas, les frais de port sont dûs au client).

Tout bien réfléchi, je me suis dit que la gratte allait sans doute se prendre d'autres jetons et que vu ce qu'elle coute, ça ferait beaucoup de bruit pour rien que de la renvoyer à mes frais. J'ai donc mis une sale note à DOCMUSIC - LGP Music - Musicarius (ouais, sur PriceMinister, on peut noter les vendeurs) : on ne peut jamais aussi bien noter un vendeur que lorsqu'il y a des difficultés. Et ce vendeur, quand il y a une difficulté, ne comprend rien à la politique commerciale, donc, il a eu la note qu'il mérite. En plus de la sale note, il y a cet article sur mon blog, et, cerise sur le gâteau, je vais lui envoyer le lien de la présente ! A mon avis, la prochaine fois, il y réfléchira à deux fois avant de faire un client insatisfait !

Car, quand j'ai eu quelques cours d'Economie en Fac, on m'a toujours dit ceci :
"Un client satisfait d'une prestation dit sa satisfaction, en moyenne à 2 personnes, mais un client insatisfait dit toujours son insatisfaction à au moins 10 personnes !"

A méditer ;)

En conclusion, si, vous aussi vous voulez vous acheter une gratte :

1. Allez chez un marchand de musique.
Avantages : vous pourrez vous assurer de l'état de la gratte avant achat
Inconvénients : vous n'avez pas le délai de rétractation légal

2. Commander une gratte chez quelqu'un d'autre que chez DOCMUSIC - LGP Music - Musicarius
Avantages : vous aurez plus de chance d'avoir à faire avec des gens corrects
Inconvénients : ... c'est pas garanti ... Si ça se trouve, c'est encore pire. Dans tous les cas, évitez les vendeurs à l'étranger, car les délais légaux, pour les faire respecter, bonjour ;)

3. Commander chez DOCMUSIC - LGP Music - Musicarius
Avantages : maintenant, vous êtes au courant qu'ils ont tendance à prendre les gens pour des cons, et donc, faites ouvrir le paquet à votre femme lors de la réception ! En plus, vous avez les délais légaux de rétractation...pour peu que vous ne passiez pas par Nogent le Bernard ;)
Inconvénients : soyez extrêmement vigilants...

En bonus 1, la note que j'ai laissée :

  • Note : 1/5
  • La guitare a été livrée avec un choc dont je ne pense pas qu'il soit du au livreur vu que le colis était bien emballé. Vendeur à éviter.
  • Transaction : Reçu


En bonus 2, mes échanges avec le vendeur indélicat (mon prénom a été remplacé par mon pseudo : c'est plus cool ;) )...

Votre correspondance avec docmusic :

Note importante de PriceMinister !
Les messages de votre vendeur n'ont pas été lus par PriceMinister. Si le vendeur vous demande de noter la réception avant que vous n'ayez effectivement reçu l'article, refusez.
 
 
Votre question
du 24/09/2008
Q: Merci beaucoup pour votre sens commercial très aiguisé. Très cordialement, James.
  En attente de la réponse du vendeur
 
Votre question
du 23/09/2008
Q: J'avais pas envie de me faire chier à vous renvoyer le produit, sinon, je l'aurais fait : le code de la consommation protège le consommateur lors d'un achat par correspondance sous 1 semaine QUELLE QU'EN SOIT LA RAISON ! C'est clair ? A jamais. James.
Réponse de docmusic
du 24/09/2008
 
R: BONJOUR MERCI POUR LA LECON ET LA NOTE.@+
 
 
Votre question
du 22/09/2008
Q: Bonjour. C'est ma femme qui a réceptionné l'instrument et n'a pas ouvert ni fait ouvrir le colis. Ca s'est passé en deux temps trois mouvements, et j'ai découvert le choc le soir en déballant la guitare. Rien n'a été inscrit sur le bon de livraison.
Réponse de docmusic
du 23/09/2008
 
R: JAMES LE 23/09/08 NOUS NE METTONS EN AUCUN CAS VOTRE BONNE FOI EN DOUTE MAIS MALHEUREUSEMENT POUR ACTIVER L'ASSURANCE NOUS AVONS BESOIN DE CE TYPE DE DOCUMENT CONFORMEMENT AU ARTICLE 105 ET 106 DU CODE DU COMMERCE,SANS CE DOCUMMENT NOUS NE POUVONS AVOIR AUCUN RECOURS AUPRES DU TRANSPORTEUR ET DONC VOUS REMPLACER VOTRE ARTICLE .@+ SERVICE CONTENTIEUX
 
 
Votre question
du 22/09/2008
Q: Bonjour, la guitare est bien arrivée à destination, par contre, elle a un petit choc à l'arrière. Quels sont mes recours ? Désolé. James.
Réponse de docmusic
du 22/09/2008
 
R: JAMES SI VOUS AVEZ CONTATE LE PREJUDICE LORS DE LA LIVRAISON ET QUE VOUS AVEZ INSCRIT SUR LE BON TRANSPORTEUR LE PROBLEME NOUS ACTIVONS L'ASSURANCE EFFECTUONS LE RETOUR A NOS FRAIS DU PRODUIT ET REMPLACONS VOTRE GUITARE PAR UNE NEUVE ;MERCI DE NOUS TENIR INFORME.@+ SERVICE EXPEDTION


Repost 0
Published by James Hetfield - dans Musique
commenter cet article
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 12:00
Cool l'Italie ! Super pays où, quand on est président et que l'on a affaire à la justice, il suffit de faire changer les lois ! Et le pire c'est que ça marche ! Il est génial ce pays ! A quand un mafieux à la tête de l'Italie ? Qui a répondu que c'était déjà le cas ? En tous cas, n'oublions jamais que ce sont les Italiens qui votent pour leur parlement et pour leur président... Eh ! Peuple d'Italie ! Ca vous dirait de voter pour autre chose que pour des voyous ?

Un article du journal 'Le Monde' daté du 21 juin 2008

*********

ITALIE UN AMENDEMENT LÉGISLATIF SUSPEND LES PROCÈS DONT LES FAITS REMONTENT À AVANT 2002
M. Berlusconi obtient du Parlement son immunité judiciaire

ROME CORRESPONDANT

La trêve est finie entre Silvio Berlusconi et la justice italienne. Et peut-être aussi entre le gouvernement et l'opposition de centre gauche, qui avaient récemment noué un dialogue sur la réforme des institutions. Il a suffi d'un amendement au décret sur la sécurité, adopté mercredi 18 juin au Sénat, pour amorcer ce que la presse appelle " un retour vers le passé ", c'est-à-dire en 2001, quand le tout nouveau chef du gouvernement faisait voter des lois jugées " ad personam " afin de se protéger des diverses procédures judiciaires dont il était l'objet.

Le texte actuel, baptisé par l'opposition " Sauve premier ministre ", prévoit la suspension " immédiate et pour un an " des procès dont les faits remontent à avant le 30 juin 2002, afin de donner la priorité aux affaires plus récentes et plus graves (passibles de dix ans de prison). L'objectif avoué est de désengorger les tribunaux.

" ANOMALIE INSTITUTIONNELLE "

Pour Giuseppe Cascini, secrétaire général de l'Association nationale des magistrats (ANM) qui représente les 9 200 juges italiens, " cela va mettre la justice à genoux ". L'ANM " refuse de croire qu'on puisse suspendre 100 000 procès pour en éviter un seul ".

Dans une lettre rendue publique mardi au Sénat, le président du Conseil confirme que la mesure s'appliquera à " l'un des nombreux procès fantaisistes que les magistrats d'extrême gauche ont intentés contre moi à des fins politiques ". Il Cavaliere est poursuivi à Milan pour avoir versé, à la fin des années 1990, 600 000 dollars à un avocat britannique, David Mills, en échange de faux témoignages en sa faveur lors de deux procès pour corruption. Pour faire bonne mesure, ses avocats ont déposé une demande de récusation de la présidente du tribunal. Selon M. Berlusconi, cette magistrate, Nicoletta Gandus, aurait exprimé " publiquement des positions violemment opposées au gouvernement que j'ai eu l'honneur de diriger de 2001 à 2006 ".

M. Berlusconi a aussi annoncé la prochaine présentation d'un projet de loi visant à conférer l'immunité aux cinq plus hautes charges de l'Etat pendant leur mandat. Un texte similaire, déjà baptisé " Sauve Berlusconi ", avait été rejeté en 2004 par la Cour constitutionnelle. Il Cavaliere le trouve " désormais indispensable ".

Ces interventions ont provoqué l'agacement du chef de l'Etat, Giorgio Napolitano, qui y voit " une anomalie institutionnelle ". Elle a surtout réveillé l'indignation d'une opposition qui, jusque-là, avait modéré son antiberlusconisme. " Au beau milieu de sa lune de miel avec les Italiens, la vraie nature de Berlusconi refait surface, écrit La Repubblica, proche du centre gauche. Nous devrions nous préparer au pire, à moins que nous soyons déjà en train de le vivre. " Le quotidien économique Il Sole 24 Ore, propriété du patronat, redoute que " la législature devienne trop vite le cimetière des illusions ".

Jean-Jacques Bozonnet

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Divers
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 12:00
Allez hop ! Encore un petit coup derrière la tête de Metallica ! Y'a beaucoup de choses et beaucoup de choses vraies dans cet article et l'auteur a vraiment l'air de savoir de quoi il parle...

Après, personnellement, comme je n'ai pas oublié l'épisode Napster (dont on parle dans le documentaire sous-cité), je me suis fait une joie de télécharger illégalement l'album Death Magnetic en question...pour ne pas encore avoir pris le temps de l'écouter : honte sur moi avec un pseudo comme le mien ! ;)

Cependant, j'avais acheté St Anger qui ayant été une MERDE MONUMENTALE (et que j'ai réussi à refourguer à un pigeon sur eBay), j'ai une excuse de taille ;)

Il ne me reste plus qu'à écouter le disque. S'il est bluffant (comme l'ont été tous les albums excepté 'Kill 'Em All, qui, pour moi, n'est pas au niveau, et l'album symphonique où le mélange ne prend pas comme une mayonnaise à laquelle on a mis de l'huile trop rapidement), il est certain que je l'achèterai... Dans le cas contraire, je resterai dans une simili-illégalité (je détiendrai les MP3 mais je ne les écouterai pas : dites moi où est l'illégalité dans cette affaire) et assumerai cette situation à 100%. Après tout, ma discothèque compte un seul album téléchargé illégalement à ce jour : c'est pas moi qui vais faire écrouler la filière ;)

Un dernier mot : Death Magnetic a eu une très bonne critique sur le journal 'Le Monde' : si vous n'en voulez pas à Lars, faites un achat sur amazon.fr, sinon, il est dispo sur les sites habituels ;)

Ah, tiens, une dernière chose : voici la preuve de ce qu'avançait hier ;)



Sur ce, bonne lecture...et.... FUCK YOU LARS ULRICH !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 18/09/2008

***************

La cure de jouvence de Metallica
Le quatuor de San Francisco est " toujours sur la route, mais loin du fossé ". A l'occasion de la sortie de son dernier album, " Death Magnetic ", le chanteur, James Hetfield, assume ses erreurs. Et défie son ennemi : " le temps "

Il est celui qui a fait - pas tout seul, certes - de Metallica le plus grand groupe moderne de heavy metal, commercialement (100 millions d'albums vendus) et artistiquement.

A 47 ans, James Hetfield est la force aujourd'hui apaisée, plus que tranquille, du quatuor de San Francisco quand son ami d'adolescence, le batteur Lars Ulrich, en assure la représentation médiatique. Scientifique du riff (ce motif de guitare répétitif qui est l'arme fatale du hard), parolier métaphysique, chanteur contre son gré comblant ses limites par une sombre expressivité, Hetfield est largement l'artisan du retour au premier plan de son groupe avec l'album Death Magnetic, qui s'est déjà écoulé à plus de 500 000 exemplaires aux Etats-Unis depuis sa publication le 12 septembre.

Dans sa jeunesse, Hetfield cultivait volontiers un look pileux de barbare : en oubliant les tatouages, son impressionnant bouc sans moustache l'apparenterait plutôt à un congrégationniste, quoique l'intéressé ait souffert, enfant, de l'aliénation religieuse. Eduqué selon des préceptes obscurantistes, Hetfield a vu sa mère emportée par un cancer en refusant tout secours médical. Omniprésente dans la discographie de Metallica, la Camarde, qui a également pris le premier bassiste du groupe, Cliff Burton, en 1986, l'est évidemment dans Death Magnetic (" attiré par la mort ").

" Les paroles de l'album évoquent ceux qui avaient besoin de vivre le mythe sex, drugs and rock'n'roll et y sont restés ", explique Hetfield. A commencer par Layne Staley, chanteur du groupe Alice in Chains, mort en 2002 d'une surdose. " Nous avions toujours entendu parler de Jimi Hendrix ou de John Bonham... Ceux d'avant. Là, c'était quelqu'un de mon âge qui tombait au combat. "

Et pour une cause douteuse. Sexe, drogue et rock'n'roll, donc. Hetfield, qui y a survécu, nous fait heureusement grâce de l'habituel discours moralisateur du repenti. " J'ai cru en effet pendant un moment, un long moment même, que pour former un groupe cette trinité était nécessaire. Je ne peux toujours pas prétendre le contraire aujourd'hui. Mais j'ai réussi à traverser le feu. "

Epreuve à laquelle on assiste dans Some Kind of Monster, documentaire, sorti en salles en 2004, consacré à la confection de St Anger, précédent album de Metallica qui a divisé les fans. Hetfield s'absente pour une cure de désintoxication. Quand il revient, ses acolytes doivent faire avec un leader qui travaille à mi-temps pour retrouver quotidiennement sa famille. Le climat entre les musiciens est si délétère qu'ils recrutent un thérapiste de groupe. " C'était un ring de boxe, se souvient Hetfield. Nous n'arrivions plus à nous parler librement, sans violence. Il fallait nous asseoir autour d'une table avec un arbitre. " Sans cela, Metallica n'aurait peut-être pas explosé, " mais dépéri, ce qui est plus triste encore ".

Exposer au public l'intimité de Metallica, n'était-ce pas céder à l'air du temps, aux pièges de la télé-réalité ? " Il y a le même risque : paraître stupide, observe Hetfield. Il m'arrive de tomber sur des reality-shows et je ne tiens pas plus de cinq secondes. Rien n'est naturel. " Et de citer confraternellement ceux de Gene Simmons (Kiss) et Brett Michaels (Poison). " Some Kind of Monster n'a rien à voir : ce devait être un film sur la réalisation d'un disque et ce fut un miroir que l'on nous a tendu. Dans lequel nous nous sommes trouvés moches, très moches - on y entend peut-être vingt fois "va te faire foutre". Ma vie s'effondrait devant la caméra, et cela vous ne pouvez le scénariser. La mystique de Metallica en a sans doute pris un coup, mais le film montre bien que les secrets sont du poison. Le mensonge de cet homme géant et costaud sur scène, qui devient une loque dans sa chambre d'hôtel... Je picolais à l'insu de tous, j'ai triché et menti au groupe. Pour moi, ce film était un cadeau tombé du ciel. Révéler qui j'étais m'a rendu la vie plus facile. "

Musicalement, Hetfield semble avoir retrouvé une seconde jeunesse avec Death Magnetic. Les puristes se réjouiront du retour au thrash metal, le sous-genre rapide et puissant inventé par leurs héros. Pour cela, il a été fait appel à Rick Rubin, un des producteurs les plus cotés au monde, fondateur du label de rap Def Jam et collaborateur des Beastie Boys et Red Hot Chili Peppers. " Il nous a proposé de retrouver l'essence de Metallica, avoir en tête la période de Master of Puppets, revenir à ce que nous savions faire depuis 1985. "

Avec une méthode originale, en trois temps : écoute des maquettes contenant les riffs de travail - soit " seize CD de trente idées chacun datant de la tournée St Anger " - pour n'en conserver que les meilleurs ; construction, en jouant, des chansons ; enregistrement au studio, en prise directe.

Rubin est aussi connu pour avoir remis Johnny Cash en selle dans les dernières années de sa vie. " Je ne me rangerais pas dans la même catégorie, mais la logique est effectivement la même : Rick a compris que l'essence de Johnny Cash, c'était sa voix et un son acoustique, plus que les chansons qui sont essentiellement des reprises. Dans notre cas, personne n'avait jamais réussi à capturer l'urgence live de Metallica en studio. Une production minimale, less is more, nous convient mieux. " La victime collatérale se nomme Bob Rock, fidèle depuis le Black Album, best-seller de 1991. Ce Canadien a été souvent tenu pour responsable de la " démétallisation " de Metallica.

" Envisager la fin de Metallica nous a appris la gratitude, conclut Hetfield. Nous avons identifié un ennemi, le temps, qui nous a soudés. Vingt-sept ans après, nous sommes toujours là. Toujours sur la route, mais loin du fossé. " Le chanteur conjugue aujourd'hui le métier de rock star et ses obligations familiales. " Mes enfants m'ont beaucoup appris. C'est censé être l'inverse. Je ne fais plus ce que je ne voudrais pas les voir faire. J'ai appris à prendre soin de l'enfant que j'étais à travers eux. "

Bruno Lesprit

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Musique
commenter cet article
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 12:00
Tiens, y'a Metallica qui est passé récemment sur une télé Anglaise...

En plus, y'avait Carla Bruni d'invitée au même moment (certains ont dit qu'ils l'ont vue boiter bas suite à sa rencontre avec les Horsemen, mais j'en sais pas plus à ce sujet ;) ).

Mes commentaires :

1. James est à la rue vocalement : ça doit être la bière Anglaise ;)
2. Heureusement que sur le documentaire d'il y a 5 ans ils disaient qu'ils ne feraient plus de solos de guitare ;) Enfin, y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis, d'autant que les solos sont très bons...
3. Le bassiste est bluffant !
4. Fuck You Lars Ulrich ! (ouais, je sais, ça n'a rien à voir, mais j'ai pas encore oublié Napster)



Repost 0
Published by James Hetfield - dans Musique
commenter cet article
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 12:00
Ah ben, on parle de mon pseudo dans cet article ;)

Et oui, pour les plus ignorants d'entre vous (ouh ! la honte !), mon pseudo est tiré du nom du leader du groupe Metallica... Et oui, comme je vous ai introduit ce groupe hier, je poursuis aujourd'hui...

Musicalement, ces types sont au top (quoique je préfère Dream Theater et Maiden, mais c'est juste une question de goût), sauf que...

Sauf que, il y a quand même des trucs qui me dérangent :

- C'est une jolie bande de drogués... Ils ont tous goûté à la Coke, et le seul qui n'ait pas touché à la drogue, James...et un alcoolique notoire... Bref, comme exemples donnés à la jeunesse, les membres de Metallica, y'a mieux...

- Leur avant dernier album, St Anger, était une merde notoire ! C'est expliqué dans l'article pourquoi... Pour ma part, j'aimais bien les jumeaux Load et Reload, où je trouvais que James avait atteint l'art absolu dans la maîtrise de son organe vocal... Mais tout le monde n'est pas d'accord avec moi.

- Lars Ulrich est un enculé de première ! Ce type, comme il est expliqué dans le documentaire Some Kind of Monster (qui se trouve en version sous titrée Français sur Internet sans difficulté), n'a rien trouvé de mieux que de traiter l'ensemble de ses fans de voleurs !!! En effet, il a été un fer de lance dans la lutte contre feu le site de téléchargement Napster, ce que bon nombre de fans (dont je fais partie), ne lui a jamais pardonné. Y'a quelques années de cela, il était courant que le fan insulté foule du pied les CDs de Métallica qu'il détenait !
Il faut savoir que le fan de Métal NE TELECHARGE JAMAIS d'albums de leurs idoles. Ou, si ils téléchargent, c'est soit qu'ils ont acheté le CD séparément, soit que le CD est introuvable à la vente. Le vrai fan de métal n'hésite pas à acheter 5 fois des albums où apparaissent les mêmes titres : on est fan, oui ou merde ? Et ben Lars a décidé que merde...

Donc, Lars, si tu m'écoutes et si tu me lis, deux choses :

1. Je te pisse à la raie (ouais, je sais, c'est pas poli...).

2. Ton dernier album, Death Magnetic, est le premier que je télécharge sans l'avoir acheté (et à mon avis, ça va être le seul pendant longtemps). Après tout, quitte à être traité de voleur, autant donner raison à l'auteur de l'insulte. Par contre, je ne l'ai pas encore écouté... Néanmoins, si je le trouve vraiment bien (dans la lignée d'un Master of Puppets par exemple), je rangerai ma colère au placard, et j'achèterai l'opus. D'ici, là, on verra bien !

Sur ce, Up The Irons ! (...oups, je m'ai trompé ;) ).

Un article du journal 'Le Monde' daté du 16 Août 2008.

**********

MUSIQUE
Metallica à Arras, retour au " brutal "
Remis de sa crise, le légendaire groupe de Heavy Metal donnait un concert unique en France le 14 août

Arras Envoyé spécial

M ode chti à part, l'endroit où il fallait être cet été, c'est Arras. Après Radiohead, les leaders de la pop torturée et cérébrale (en juillet, dans le cadre du Main Square Festival), la ville du Pas-de-Calais bénéficiait, jeudi 14 août, d'une deuxième exclusivité nationale, toujours sur la Grand-Place, dans un tout autre registre : Metallica, maîtres incontestés depuis plus de deux décennies du heavy. Dans les deux cas, le miracle a été rendu possible grâce à un accord avec le géant américain du spectacle Live Nation (Le Monde du 5 juillet).

Officiellement, le quatuor de San Francisco était la tête d'affiche d'un festival qui ne devait durer qu'une soirée, Rock en France, nom apparemment issu d'un brainstorming aussi épuisant que celui mis en oeuvre pour le Stade de France. En fait, une manifestation fantoche créée de toutes pièces autour de Metallica.

Deux autres groupes étaient conviés : les Français de Gojira, internationalement reconnus pour leur art du death metal et leur précision dans le concassage rythmique et mélodique, et Within Temptation, un groupe néerlandais qui ne semble disposer que d'un atout, la photogénie de sa chanteuse. Le reste est cauchemardesque, du pseudo-metal qui s'acoquine, dans un décor de monstres ailés et de gargouilles, avec tout et surtout n'importe quoi : de la variété méditerranéenne au new age.

C'est précisément contre les dérives les plus répréhensibles du genre que Metallica s'était formé à l'aube des années 1980. La scène bruitiste était dominée par les " hair bands ", des groupes (comme Mötley Crüe) essentiellement préoccupés par leur garde-robe, leur permanente, leur pharmacopée et leur harem. Metallica se débarrasse de l'accessoire (des jeans et des t-shirts noirs feront l'affaire) et rafle la mise en inventant le thrash metal.

DOULEUR MÉTAPHYSIQUE

Les riffs et les arpèges de la deuxième vague de hard rock britannique (Iron Maiden, Judas Priest) sont brusqués par une violence héritée du punk et de Mötorhead. Les textes du chanteur James Hetfield n'évoquent pas ses exploits sexuels ni les bonheurs de la vie de rockstar mais sont empreints d'une douleur métaphysique - la maladie, la mort, la perte, entre autres réjouissances. En jouant plus vite et plus fort que tous les autres, Metallica ira plus haut. A ce jour, le groupe aurait vendu cent millions d'albums dans le monde en inspirant des légions d'imitateurs. Pour y arriver, il a fallu s'adapter, s'ouvrir au grand public, donc trahir la cause pour les puristes de la première heure.

Ceux-ci devraient se réconcilier avec le dixième album, Death Magnetic, qui sera publié le 12 septembre. Disons, pour parodier Les Tontons flingueurs, que c'est du " brutal ". A Arras, Metallica n'aura pourtant présenté qu'un seul extrait de ce nouvel album, Cyanide, une chanson qui aborde frontalement la question du suicide. Le reste du répertoire se concentrant exclusivement sur les cinq premiers albums avec impasse révélatrice sur les trois derniers : le précédent, St Anger (2003), a été conçu à une époque où l'existence même du groupe était menacée, le documentaire Some Kind of Monster les montrant en pleine crise existentielle et recourant à un thérapiste de groupe ; quant aux jumeaux Load et Reload, il ne leur fut jamais pardonné de s'aventurer dans les marécages du boogie-rock sudiste ou du country rock.

RIFFS MASSIFS

Comme l'indique son nom, la tournée Summer Vacation est un moment de plaisir estival. Les forgerons observent leurs traditions et entrent en scène au son de The Ecstasy of Gold, l'un des thèmes du Bon, la Brute et le Truand, d'Ennio Morricone. Une fois que Lars Ulrich aura frappé sa caisse claire, il n'y aura plus de répit. Le batteur danois, elfe grimaçant sous l'effort, est un spectacle à lui tout seul, spectacle qui s'apparente à une épreuve sportive - fils de tennisman professionnel, Ulrich est lui-même un grand joueur. Les volées sur les peaux, les smashes sur les cymbales, le passage à tabac de son instrument, offrent plus de complexité qu'il n'y paraît, la machine infernale à double grosse caisse pouvant produire des polyrythmies et des roulements imprévisibles. Son association avec les riffs massifs de Hetfield produit l'effet Metallica : le bruit d'un train de marchandises roulant à toute allure.

Les dissensions internes semblent aujourd'hui dépassées, les quatre prenant visiblement plaisir à jouer ensemble. A la guitare lead, Kirk Hammett, si on aime les ornementations plus rapides que l'éclair, reste un des meilleurs et un des plus imités dans son domaine. Et le nouveau bassiste, Robert Trujillo, a été définitivement adopté puisqu'il a même le droit d'exécuter un solo à cinq cordes.

Réclamée par une pancarte, l'injonction " Kick Our Ass ! " (bottez-nous le cul) est donc exaucée par ce retour aux fondamentaux du thrash, aux formats étirés, avec arpèges introductifs, crescendos, franchissement du mur du son, accalmie puis apocalypse finale. Vingt ans après, For Whom The Bells Toll, Ride the Lightning, No Remorse ou Master of Puppets conservent tout leur pouvoir de nuisance.

Episodiquement, une ballade réussit à se frayer un chemin dans le blitz. Ainsi Nothin'Else Matters, aussi détestée par les fidèles de la première heure que peut l'être Angie pour ceux des Rolling Stones. Certes, c'est un peu le " slow qui tue " par lequel doit passer tout groupe de hard pour son initiation. Mais c'est aussi une chanson sentimentale d'autant plus appréciable qu'elle est inhabituelle dans cet univers de brutes.

Bruno Lesprit

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Musique
commenter cet article
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 12:00
Encore des batailles à la con comme seul le Web peut en générer ;) Alors, pour 'Loverman', y'a la version originale (Nick Cave) et y'a la reprise de Metallica...
Comme James la chante bien, mais change la version, ça se bagarre :

- Les fans de Nick Cave reprochent à James et sa bande d'avoir fait un titre commercial (sic!) (c'est vrai que sur NRJ, on entendait que ça, c'est bien connu ;) ).
- Les fans de Metallica reprochant à la version de Nick Cave que Nick...et ben il sait pas chanter ;)

Personnellement, je préfère la version de James, mais force est quand même de constater que la version originale a une touche que la version reprise n'a pas...

Bref, je vous laisse juges ;)

Nick Cave - Loverman



Metallica - Loverman



Repost 0
Published by James Hetfield - dans Musique
commenter cet article
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 12:00
Je pense que la passion fait égarer quelque peu la vérité...

Pour un débat factuel et dépassionné, ça se trouve ici :

http://www.maitre-eolas.fr/2008/05/30/969-n-y-a-t-il-que-les-vierges-qui-puissent-se-marier

...où l'on remarque que les choses deviennent beaucoup plus simple quand
on ne fait pas appel à ses instincts primitifs...

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Société
commenter cet article
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 12:00
Tiens, j'ai trouvé quelques trésors sur YouTube !

1. Dream Theater (mon groupe préféré) reprenant du Metallica !
La technique est super, la reprise très bien...sauf que James Labrie est carrément à la rue... il a du rester 4h à -10°C pour avoir la voix déglinguée qui a la dessus !
De loin, une des plus mauvaises prestations de James que j'ai jamais entendue ! Comme quoi, reprendre du Hetfield est chose moins aisée qu'il n'y paraît !



2. Cette fois-ci, Dream Theater reprend du Maiden ;)



3. Le match au sommet ! Cet enculé de Lars Ulrich (va te faire foutre Lars avec Napster), contre Nico Mc Brain, le batteur des Maiden ! Du grand art !



Repost 0
Published by James Hetfield - dans Musique
commenter cet article
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 12:00
Ah ce beau pays de Chine ! Sous couvert de faire des économies, on construit des écoles avec des normes sysmiques inexistantes et on envoie chier les parents des victimes ! Un super pays je vous dis ! Champion toutes catégories de la démocratie ! Ce pays s'est peut être ouvert au capitalisme mais il n'a pas encore compris les bases de la Démocratie...

Un article du journal 'Le Monde' daté du 03 Juin 2008

**********

Les parents des enfants disparus dans le séisme au Sichuan demandent des comptes à l'Etat
La Journée de l'enfant a donné lieu, en Chine, à des rassemblements de parents ayant perdu leur enfant dans l'effondrement de nombreuses écoles lors du séisme du 12 mai

LUOSHUI, MIANZHU (Sichuan) ENVOYÉ SPÉCIAL

Pour la Journée de l'enfant, dimanche 1er juin, les parents des enfants morts ou disparus dans les écoles de Luoshui, dans la province chinoise du Sichuan, détruites par le séisme du 12 mai, se sont d'abord rendus devant l'autel érigé au milieu des ruines. La semaine dernière, ils avaient marché jusqu'à Deyang, passant outre les supplications d'un officiel local, qui s'était agenouillé devant eux, de ne pas porter leurs doléances aux autorités du chef-lieu. La publication de la photo de la scène avait embarrassé les autorités.

Dimanche, les policiers en civil enregistraient les noms des journalistes tout en ajoutant qu'ils sont " entièrement libres de travailler ". Les parents, étonnamment peu loquaces, se sont rendus, en cortège, au centre de coordination des secours de Mianzhu, où ils se sont recueillis plusieurs minutes, avant de s'asseoir sur la chaussée, les yeux au sol, les portraits des enfants brandis au-dessus de leur tête. Un cordon de policiers empêchait discrètement les badauds de s'approcher, tandis que les officiels tentaient en vain de les faire entrer dans l'enceinte du centre pour les " protéger du soleil ". Le groupe a refusé de bouger.

" A Deyang, on nous a dit qu'on aurait des résultats le 3 juin. Hier, ils sont passés nous voir pour expliquer qu'il fallait attendre le 20. On veut au moins qu'on nous montre les plans de l'école ", dit une femme. De l'eau et des repas sont distribués. Un vice-directeur de la construction explique que l'expertise requiert plusieurs étapes.

Vendredi 30 mai, dans la cour de l'école de Luoshui, des mères attendaient, elles, sous un parapluie et regardaient des photos d'un temps meilleur avec des sourires qui tournaient souvent aux sanglots. La veille, une banderole écrite à la main avait été tendue au-dessus d'un monticule de gravats devant le seul bâtiment de l'école resté debout, celui de l'administration. On y lisait : " Rendez justice à nos enfants. "

Luoshui est une bourgade d'une dizaine de milliers d'habitants, située au nord de Chengdu, sertie dans un paysage de rizières et de collines. Ces parents attendent, en cet après-midi pluvieux, la venue d'experts dépêchés par le gouvernement provincial et la ville de Deyang, dont dépend Luoshui. " Qu'on nous dise s'il s'agit d'une erreur humaine ou d'une catastrophe naturelle ", tempête Wu Yongquan, un homme d'une quarantaine d'années, vêtu d'un long ciré rouge. " C'est évident que la construction a été bâclée ", poursuit-il, en désignant un vieil immeuble qui jouxte l'école et n'a pas une fissure.

Au loin, la silhouette d'une ancienne cimenterie, elle aussi intacte, barre l'horizon. Wu Yongquan était à Deyang quand le séisme a eu lieu. Il travaille pour une entreprise de matériaux de décoration. Il a mis une heure pour rentrer, rassuré car la plupart des bâtiments étaient encore debout. " On habite à la campagne, je pensais bien que notre maison n'aurait pas trop de problèmes. " En arrivant à l'école, il découvre pourtant que les deux étages supérieurs du bâtiment se sont complètement effondrés. Seule une partie du rez-de-chaussée subsiste. La salle de classe de son fils de 11 ans, Wu Youpeng, était la plus près de la sortie, et l'enfant, avec ses camarades s'est rué dehors. Le couloir s'est écroulé sous le poids des gravats.

Le groupe de parents presse un autre père, Li Dequan, d'accompagner les experts, parce qu'il a travaillé sur des chantiers. " Les experts se rendent bien compte qu'il y a des problèmes. Le ciment s'effrite. Mais ce n'est que la première étape ", conclut-il après la visite. Il soupçonne une collusion entre l'administration, et " l'équipe " désignée pour construire l'école qui, comme souvent dans les campagnes, n'est pas une entreprise de construction.

Cette école effondrée date de 1995. Construite dix ans auparavant, l'autre école primaire de Luoshui a tenu bon. Au total, sur 360 morts que compte la ville, au moins 180, donc plus de la moitié, ont péri dans l'écroulement des établissements scolaires : les 80 enfants de l'école primaire Luocheng, et 100 adolescents morts dans le lycée, qui s'est désagrégé en quelques secondes.

Les experts l'ont inspecté juste avant l'école, sous le regard d'un autre groupe de parents tout aussi vigilants et désemparés. " On ira en haut lieu si l'on nous dit que c'est la faute de la nature ", dit l'un d'eux. Juste après le séisme, des cadres locaux ont menacé des photographes chinois de casser leurs appareils s'ils prenaient des photos de l'école. Mais la visite du premier ministre, Wen Jiabao, a calmé leurs ardeurs.

Dans ce drame de la Chine rurale, ou plutôt " rurbaine ", les dizaines de bourgades sinistrées, à l'image de Luoshui, sont des villes champignons au centre rempli de commerces, dont une grande partie de la population travaille aux champs.

Le niveau de vie n'est pas comparable à celui des grandes villes. Ici, la fragilité suspecte des écoles saute aux yeux : à Wufu, un bourg proche de la ville de Mianzhu, l'école primaire Fuxin n° 2 est le seul bâtiment détruit et près de 125 élèves ont péri.

Depuis plusieurs jours, les publications chinoises les plus progressistes, comme Caijing ou le groupe de presse Nanfang, accordent une plus grande place au scandale des écoles, mettant en question les méthodes du gouvernement. Dans le Beijing News, un universitaire de Pékin a appelé à l'organisation d'élections au niveau local, comme le prévoit la Constitution, pour responsabiliser les cadres dirigeants.

Le 29 mai, un inspecteur adjoint du département d'éducation du Sichuan, Lin Qiang, est sorti à son tour de sa réserve. Dans un interview au Nanfang Zhoumo, demandant de vraies enquêtes sur les raisons des défauts de construction, il a ainsi estimé que " devant autant de jeunes vies emportées, on ne mérite pas la qualification d'êtres humains, et encore moins celle d'éducateurs, si l'on ne donne pas priorité à la vie sur la politique et la bureaucratie, si nous, officiels, continuons de tenter d'échapper à nos responsabilités et de nous protéger ".

Brice Pedroletti

Repost 0
Published by James Hetfield - dans Divers
commenter cet article

Articles Récents