Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 12:27
On me pose souvent la question : "Et ton ami, Monsieur Gallois, l'ex-PDG de la SNCF, comment va-t-il ?"
Et bien ça va bien pour lui, il est pas trop dépaysé. On a dû passer pas mal de temps à lui expliquer ce qu'était un client, mais je crois qu'il a finalement compris : c'est un gars qui paie et qui râle, comme un usager, mais qui a le pouvoir de changer de crèmerie s'il est trop mécontent...

Le changement de crèmerie : ça c'est nouveau, et ça fait un peu chier Monsieur Gallois...

Allez courage Jean Louis, au pire, tu pourras toujours dire que si la Luft s'est cassée et ne veut plus de tes A380, c'est à cause de ce blog ! Un peu gros ? Meuh non ! T'as déjà dit que tous les trains arrivaient à l'heure et que quand c'était pas le cas, c'était la faute à James !

En attendant, une petite news signée de l'excellente agence Reuters qui montre que Gallois, PDG d'Airbus, se porte très bien dans son actuelle entreprise ;)

 TOULOUSE (Reuters) - L'intersyndicale d'Airbus en France appelle les salariés du constructeur aéronautique à  une débrayage d'une heure mardi matin afin de manifester leur inquiétude sur l'impact social du plan de réorganisation "Power 8" qui doit être présenté prochainement.

La CFDT, FO, la CGT, la CGC et la CFTC appellent à  un arrêt de travail entre 10h30 et 11h30 dans les usines de Toulouse ainsi que sur les autres sites français de Saint Nazaire (Loire Atlantique) et Méaulte (Somme).

"Ce débrayage se déroulera entre 10h30 et 11h30 et nous nous regrouperons devant les entrées des sites de production", a déclaré à  Reuters Xavier Pétrachi, délégué central CGT de l'entreprise.

Selon le responsable syndical, cette manifestation était prévue au moment où un conseil d'administration d'EADS devait selon lui se tenir à  Paris pour examiner le plan Power 8, avant d'être annulé.

Personne n'était disponible dans l'immédiat chez EADS (EAD) France pour commenter les informations sur le report du conseil.

Cette action intervient après d'importantes manifestations la semaine dernière en Allemagne, où les salariés craignent d'être plus touchés que leurs collègues français par ce plan de réduction des coûts, qui devrait se traduire également par une réorganisation de la production des appareils entre la France et l'Allemagne.

De son côté, le ministre de l'Economie, Michael Glos, a lancé un avertissement à  EADS (EAD) en indiquant lundi que Berlin emploierait tous les moyens pour préserver l'emploi, laissant entendre que des commandes pourraient être annulées si une partie de la production d'Airbus était transférée hors du pays.

Les retards de production du futur A380 pèsent sur les comptes d'Airbus et les syndicats redoutent qu'EADS supprime jusqu'à  8.000 emplois en Allemagne, où l'effectif d'Airbus s'élève à  22.300 salariés.

© 2007 Reuters - Tous droits de reproduction réservés par Reuters.

06/02/2007 09:20

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 07:00
Le verdict est donc tombé :
Je suis condamné à payer :
- 150Euros d'amende à titre principal (refus d'obtempérer)
- 150Euros de dommages et intérêts à la SNCF
- 200Euros au titre des entiers-dépens (remboursement des frais de justices, article 475-1 pour les intimes du code pénal)
- 83Euros de frais de dossier

Comme je conteste le refus d'obtempérer dans le fait que c'est l'agent de contrôle qui m'a menacé et insulté en ayant commis un abus de pouvoir manifeste, je fais appel du jugement...

La juridiction n'a pas montré pourquoi c'est moi qui ai demandé l'intervention des forces de l'ordre, qui plus est, dans ma gare d'arrivée, si j'ai, comme l'affirme l'accusation, refusé d'obtempérer.

Par son rapport, l'agent de contrôle n'explique pas ce fait, et moi, j'explique ce fait par ma réaction face à des insultes et menaces...et donc pas à des injonctions. Et si il n'y a pas eu d'injonctions, il ne peut y avoir de refus d'obtempérer...

Comme la démonstration n'a pas été comprise par mes interlocuteurs en premier degré, je fais donc appel du jugement en espérant que cette démonstration sera comprise par la cour d'appel...

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 07:00
Un article (un peu vieux : le 06 décembre 2006) tiré d'un site Internet spécialisé dans la finance : Capital.fr. Un excellent site.

Exclusif Capital.fr : l'Unédic conteste les chiffres de l'ANPE sur le reclassement des chômeurs

L’ANPE serait trois fois moins efficace que les organismes privés pour trouver une place aux chômeurs en difficulté, selon des chiffres confidentiels de l’Unédic, que Capital.fr s’est procurés. Six mois après leur prise en charge par l’ANPE, seulement 13% des demandeurs d’emploi classés en "parcours 3" (autrement dit, ceux présentant un fort risque de chômage de longue durée) sont au travail, indiquent ces chiffrages. Les opérateurs privés qui opèrent désormais sur ce marché à la demande de l’Unédic, affichent, eux, un taux de réussite de 41%.

Ces chiffres contredisent les conclusions de l’étude publiée mercredi 22 novembre par l’ANPE. L’agence y faisait valoir qu’avec ses propres dispositifs d’accompagnement renforcé, elle parvenait à faire légèrement mieux que le privé, et pour moins cher (environ 750 euros par demandeur d’emploi suivi, contre 2.300 euros en moyenne chez les opérateurs privés). "Nous ne tenons pas à rentrer dans une guerre des chiffres, mais on ne peut quand même pas laisser dire que l’Unédic gaspille l’argent des cotisations sociales en faisant appel à ces sociétés !", confie-t-on à la direction de l’assurance chômage.

Après avoir délégué le suivi de 7.000 chômeurs à cinq prestataires du privé - une opération qui lui aurait fait économiser, dit-elle, quelque 23 millions d’euros - l’Unédic vient d’ailleurs d’étendre l’ampleur de son expérimentation : en 2007, 46.000 nouveaux demandeurs d’emploi seront confiés à 17 organismes, dont 15 du secteur marchand.
 

© Capital.fr

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans Société
commenter cet article
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 10:00
Une petite news de l'agence Reuters de décembre, au plus fort des grèves contre le passage aux heures d'hiver...

A méditer...

Le service minimum à  la SNCF devient une exigence, dit Perben

PARIS (Reuters) - Dominique Perben estime que le service minimum dans les transports publics devient "une exigence" devant "l'exaspération des usagers" soulignée par l'actuelle grève à  la SNCF.

"Vu ce qui se passe en ce moment et les dérapages que nous vivons en ce moment, je comprends qu'on finisse par arriver à  la loi", a déclaré mardi le ministre des Transports sur RTL.

Dominique perben a souligné qu'il y avait un service minimum de 30% à  la SNCF en région parisienne et de 50% pour la RATP, mais sur la base d'une convention, et non d'une loi.

Le président de l'UMP et ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy a estimé qu'une loi pourrait être appliquée dès le mois de juillet.

Dominique Perben a estimé qu'un tel projet était réaliste "si le texte est voté avant". "Mais la loi à  ce moment-là  sera plutôt l'aboutissement du processus que j'ai engagé par des négociations entre les régions", a-t-il expliqué.

Il a cependant jugé "regrettable" que "la plupart des régions socialistes ne veuillent pas aller vers un système de conventions".

Le trafic local et régional des trains de passagers a été assuré lundi à  hauteur de 95% en moyenne à  travers la France, a déclaré la SNCF.

Les conducteurs ont voté dans trois régions, l'Alsace, l'Auvergne et les Pays de la Loire, la poursuite de leur mouvement pour 24 heures et la SNCF s'attend à  une poursuite des perturbations.

Sur les grandes lignes et sur le réseau du TGV, les trains de voyageurs circulent normalement.

 


© 2006 Reuters - Tous droits de reproduction réservés par Reuters.

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 14:02
La SNCF et toutes ses idées à la con, vous souhaitent une bonne année !



Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
18 décembre 2006 1 18 /12 /décembre /2006 14:12
Repost 0
Published by James Hetfield - dans Musique
commenter cet article
12 décembre 2006 2 12 /12 /décembre /2006 07:00
...Ainsi je parle à Mme Idrac du danger que représente la Luft pour Airbus et le fait que Mr Gallois doit faire attention à ce client et le ménager...

Ben faut croire que mes craintes étaient justifiées ;)

Alors, bien sûr, les grincheux pourront toujours me rétorquer que la Luft s'est reportée vers le A350... Ca serait oublier un peu tôt que le A350 n'est qu'un projet destiné à concurrencer le 787. M'étonnerait pas que la Lufthansa se reporte définitivement vers le 787 si le A350 souffre des mêmes retards que son grand frère ;)

Quant au fait que l'on ait réussi à placer des A340, c'est sans commentaire. C'est comme si on faisait la fête à chaque fois qu'un concessionnaire Citroën vend une C3... Par contre, on peut un peu plus faire la fête quand on vend une C6 ;)
Article tiré du journal 'Le Monde.fr' : c'est de la balle ce journal ! C'est bien mieux que le journal de TF1 et de France 2 ! Alors public, éteins ta télé à 20h et lis Le Monde, car, comme dirait l'autre : 'Il faut lire !!!'.


AÉRIEN NOUVEAU REVERS POUR L'EUROPÉEN
Lufthansa choisit le Boeing 747-8 contre l'Airbus A380

Agrandir la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Imprimer cet article
Classer cet article
   

LE CONSEIL de surveillance de Lufthansa a donné son feu vert, mercredi 6 décembre, à l'acquisition ferme de 20 Boeing 747-8 version passagers (assortie d'une option sur 20 autres appareils) ainsi que de 7 Airbus A340-600 pour un montant total de 6,9 milliards de dollars (5,2 milliards d'euros).

Cette commande ferme de la version allongée du célèbre 747 de Boeing est une aubaine pour l'entreprise de Chicago. Lufthansa est, en effet, la première compagnie aérienne à intégrer dans sa flotte cet appareil qui n'était jusqu'à présent vendu qu'en version cargo. Il devrait lui être livré à partir de 2010.

La décision de Lufthansa de choisir Boeing pour renouveler une partie de sa flotte est un nouveau revers pour Airbus et son A380. Bien que Wolfgang Mayrhuber, le PDG de Lufthansa, mette en avant la complémentarité des deux appareils long-courrier, ces derniers restent très semblables avec des capacités respectives de 467 passagers pour le Boeing et 550 pour l'Airbus.

Le choix de Lufthansa est d'autant plus lourd de sens que le transporteur allemand est le premier client européen de l'A380 avec une commande ferme de 15 appareils et une option portant sur 5 autres.

Airbus n'a pas tout perdu dans la transaction puisqu'il " place " quand même sept A340-600 et peut toujours espérer contribuer au deuxième volet du renouvellement de la flotte de la compagnie aérienne allemande qui hésite toujours entre le 787 de Boeing et le futur A350 d'Airbus.

Autre motif de satisfaction pour l'avionneur européen : après plus d'un an et demi d'essais en vol - qui ont mobilisé 7 appareils et 80 pilotes pour un total de 2 600 heures de vol -, l'A380 recevra, mardi 12 décembre, à Toulouse son certificat de navigabilité, le sésame indispensable pour exploiter un appareil commercial.

François Bostnavaron
 

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
11 décembre 2006 1 11 /12 /décembre /2006 07:00
Je ne sais pas si cette lettre a déjà été postée sur ce blog, mais je la trouve marrante... Marrante pour une raison que vous ne découvrirez que demain... Ben ouais, quoi, un peu de suspense, ça fait pas de mal...
Le contexte : c'est une lettre que j'avais envoyée à la présidente de la SNCF avant que je ne passe au Tribunal de Proximité. La SNCF étant partie civile, j'ai essayé, par la présente de parler avec des gens raisonnables.

La constitution de partie civile n'a pas été retirée pour autant...

Je me demande si elle est si bien que ça cette madame Idrac :s

Lisez bien la partie sur la Luftansa et la date à laquelle j'écris la lettre. On en reparle demain ;)

Expéditeur
James Hetfield (mais vous pouvez m'appeler James Labrie, ça me va aussi)

Destinataire
Madame Anne-Marie IDRAC
Présidente du groupe SNCF
34, rue du Commandant Mouchotte
75699 PARIS cedex 14

Moirans le 07 Novembre 2006,

Madame la présidente de la SNCF,

Je m'adresse à vous aujourd'hui pour vous demander une faveur. Je vous expose mon dossier.

Je suis client quotidien de votre entreprise. Je dispose d'un abonnement de travail (Moirans-Grenoble dans l'Isère). Les jours de grève de votre personnel, non seulement une partie de mon billet, dûment acquitté est perdu, mais, en plus, je dois me débrouiller par un autre moyen pour me rendre au travail.

J'ai donc décidé, depuis plus d'un an maintenant, de demander un dédommagement, auquel, vous l'avouerez sans aucun doute, j'ai droit. J'ai donc demandé ce dédommagement à Moirans, qui m'a renvoyé vers Grenoble. J'ai fait une demande à Grenoble, qui m'a renvoyé vers Chambéry (service clientèle régional). J'ai fait une demande à Chambéry, qui m'a renvoyé vers Arras (service clientèle national). J'ai fait une demande à Arras, qui m'a renvoyé...sur les roses. En effet, Arras a décrété unilatéralement que je n'avais pas droit à dédommagement car les grèves que j'avais mentionnées avaient été trop brèves pour pouvoir prétendre à dédommagement (sic!).

J'ai donc envoyé une lettre à ce sujet à votre prédécesseur, qui n'a jamais daigné m'apporter la moindre réponse. Ceci ne m'étonne guère : Mr Gallois était connu pour sa lâcheté et pour un mépris certain de la clientèle. Je conseillerais à Mr Gallois d'ouvrir le premier 'Petit Robert' qui lui passe par la main pour savoir ce qu'est un client, avant que la Luftansa et Air France ne lui fassent savoir de manière beaucoup plus véhémente quand viendra le jour de leur distribuer les A380 qui se font attendre... Mais je m'égare...

Après ces refus répétés, j'ai décidé un mode d'action 'à l'amiable' beaucoup plus incisif : j'ai décidé de demander mon dédommagement directement à mon responsable commercial, qui est...l'agent de contrôle.

Inutile de vous dire qu'on apprécie jamais aussi bien le professionnalisme d'un agent que lorsqu'il est mis dans une position difficile. Et force est de constater que le professionnalisme des agents de contrôle de votre entreprise est très relatif. Quand je demande, en échange de la présentation de mon billet, une compensation, ne serait-ce que symbolique, 95% des agents m'insultent en me traitant de gamin, 4% des agents discutent, comprennent mes arguments et essaient de résoudre notre différent (généralement ils y arrivent en me certifiant qu'un rapport sera écrit concernant mon cas) et 1% sont des débiles notoires qui stoppent le train et préviennent les forces de l'ordre.

Ce dernier cas m'amène vers vous. Car, une pareille mésaventure m'est arrivée avec un de vos agents. On m'a demandé 83Euros pour refus d'obtempérer, somme, que j'ai refusée de payer. J'ai donc été assigné en justice auprès du tribunal de proximité de Grenoble, et la SNCF s'est portée partie civile dans cette affaire en me réclamant la somme de 2000Euros de dommages et intérêts et 1000Euros en dédommagement des frais de justice. Les 2000Euros sont motivés, entre autres, par le fait que j'ai dégradé l'image de la SNCF en ayant provoqué un retard de 15mn. L'image de la SNCF n'est-elle pas plus dégradée par les grèves répétées de votre personnel pour des motifs que même vous, avez du mal à comprendre (dixit les propos qui ont été rapportés par le journal 'Le Monde' d'hier et de la semaine dernière) ? L'image de la SNCF n'est-elle pas d'avantage dégradée par les retards répétés et non annoncés ? L'image de la SNCF n'est-elle pas d'avantage dégradée par ces retards qui sont, la plupart du temps, assorties d'aucunes excuses ?

Vous comprendrez aisément que je suis dans une position délicate, position qui a été créée par le refus de la SNCF de dédommager sa clientèle...

Ayant vu votre mode de pensée et vos actions au sein de la SNCF depuis quelques temps, je suis convaincu que vous êtes une personne très intelligente et sans doute la meilleure qui puisse être à votre poste. Vos déclarations récentes sur le mode de pensée de votre personnel montre que la clientèle vous importe et que vous désirez apporter une rupture avec les méthodes lâches de votre prédécesseur. Je vous en suis très reconnaissant et je peux vous assurer que vous avez tout mon soutien et toute ma considération pour votre action au sein de votre entreprise. N'y aurait-il pas moyen de stopper cette guerre inutile avec un de vos usagers pour privilégier un mode d'action plus sain ? Pouvez vous faire le nécessaire pour faire cesser toutes poursuites dans mon dossier et dédommager d'humbles travailleurs qui ne demandent qu'à ce que l'on les laisse tranquille, et qu'à ce qu'on s'abstienne de les prendre sempiternellement en otage ?

J'ose espérer que je serai entendu, mais, au vu de ce que j'ai déjà pu apprécier de votre personne, je ne doute pas un seul instant que vous daignerez apporter une réponse favorable à mon dossier. Comme je vous l'ai dit, j'admire votre prestance, votre franc-parler et vos convictions. Je vous souhaite toute la réussite nécessaire dans votre poste et peux vous affirmer que vous pourrez bénéficier de mon soutien absolu et sans faille dans les difficultés que vous pourrez avoir avec une partie de votre personnel pourvu d'un mode de pensée d'un autre âge.

Veuillez agréer, Madame la Présidente de la SNCF, l'expression de mes salutation distinguées.

James Labrie, grand pote à Mike Portnoy.

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 07:32
Attention, attention, elle est là, la suite tant attendue... Que va-t-il arriver au sous-préfet ? Sera-t-il condamné ? Ira-t-il en prison ? Paiera-t-il une forte amende ?

Au moins, le procureur ne pourra pas décider de faire un rappel solennel à la Loi, car, un sous-préfet, ça connait parfaitement la Loi !

Pour le pékin moyen la Justice ne répète-t-elle pas à l'envie : 'Nul n'est censé ignorer la Loi !' ?

Alors, pour un sous-préfet, on n'en parle même pas...

Voici donc, ce qu'il s'est passé, et je crois que ça se passe de commentaires...

Tiré d'un article du toujours excellent site lemonde.fr (faut s'abonner c'est pas cher et c'est rudement bien ! Tous les journaux en format électronique pour 6Euros/mois ! C'est de la balle !)

JUSTICE
Rappel à la loi pour le sous-préfet ayant refusé un l'alcootest

Agrandir la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Imprimer cet article
Classer cet article
   

Le procureur de la République de Metz a prononcé, lundi 2 octobre, un " rappel solennel au respect de la loi " à l'encontre du secrétaire général de la préfecture de la Moselle, ayant rang de sous-préfet, qui, le 23 septembre, à Gorze (Moselle), avait refusé de se soumettre à un contrôle d'alcoolémie alors qu'il circulait à motocyclette (Le Monde du 29 septembre). C'est la sanction minimale pour un délit passible de deux ans d'emprisonnement et de 4 500 euros d'amende. - (Corresp.)

Elle est t'y pas cool notre justice ?
Quand je pense que j'y mets de 850Euros de ma poche pour me payer un avocat alors que certains bénéficient d'un rappel à la loi :s

Parce que, pour ceux qui ne saisiraient pas toutes les subtilités de cette peine, il faut savoir, que ça équivaut à un classement sans suite : il n'y a pas d'audience, pas d'avocat à payer par l'accusé, pas de partie civile, pas de juge, rien...

Cool non ?

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans Société
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 07:00
Bon, tout le monde sait que j'ai des problèmes juridiques avec la SNCF pour refus d'obtempérer.
Que pensez vous de ça ?
Que pensez vous qu'il arriva au brave sous-préfêt ?

Article tiré du journal 'Le Monde' du 29/09/2006 (article disponible dans la section abonné 6Euros/mois seulement !)

Le sous-préfet de la Moselle refuse de souffler dans le ballon

Agrandir la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Imprimer cet article
Classer cet article
   

Une affaire pourrie. " Ainsi qualifie-t-on les faits, dans les couloirs du palais de justice de Metz. En refusant de se soumettre à un test d'alcoolémie, samedi 23 septembre, au cours d'un banal contrôle routier, le secrétaire général de la préfecture de la Moselle a provoqué une jolie polémique.

A l'heure où certains préfets reprochent à la justice de faire preuve de laxisme, et quelques jours après le tollé provoqué par Nicolas Sarkozy, qui dénonçait la " démission " de certains magistrats du tribunal de Bobigny, les démarches entreprises pour enterrer cette procédure font rire (jaune) bon nombre de magistrats de ce ressort.

Il est environ 17 heures, ce samedi, lorsqu'un motard est arrêté au guidon de son véhicule par un gendarme (une gendarmette, en l'occurrence) de la brigade d'Ars-sur-Moselle, posté sur une petite route de campagne. La maréchale des logis-chef décide de soumettre le pilote à l'éthylomètre.

Descendu de sa monture pour monter sur ses grands chevaux, Bernard Gonzales, sous-préfet de son état, aurait alors vigoureusement protesté : " Vous ne savez pas qui je suis ? Je suis le secrétaire général de la préfecture ! Vous êtes sous mes ordres, vous dépendez de moi, et c'est moi qui ordonne les contrôles. "

Sans se démonter, la gendarme aurait répliqué en des termes courtois mais fermes : " Monsieur le secrétaire général, j'interviens de ma propre initiative en ma qualité d'officier de police judiciaire. " Sur ce, le motard aurait brandi sa carte tricolore, conseillé à l'impertinente de souffler elle-même dans le ballon avant de remettre son casque, d'enfourcher son véhicule et de reprendre sa route. Branle-bas de combat immédiat !

La gendarme rend compte des faits à son commandant de brigade, qui alerte le commandant de compagnie, qui prévient le commandant de groupement. Lequel colonel ne tarde pas à recevoir un coup de fil du fonctionnaire récalcitrant, qui lui fait part d'un " petit incident " avec l'un de ses subordonnés. Poliment, l'officier lui fait savoir que la procédure a déjà été transmise au parquet.

Le procureur de Metz, Joël Guitton, dérangé lui aussi durant son week-end, ordonne dans un premier temps qu'un procès-verbal relatant l'" incident " en question lui soit transmis. Un incident lourdement réprimé, le refus de se soumettre à un test d'alcoolémie constituant un délit passible de deux ans d'emprisonnement et de 4 500 euros d'amende, éventuellement assortis d'une suspension du permis de conduire et d'un travail d'intérêt général.

Ce type de poursuite s'alourdit généralement d'un " outrage à personne dépositaire de l'autorité publique ", et il n'est pas rare que les auteurs de telles infractions soient jugés en comparution immédiate.

Chose curieuse, le procureur demande, sitôt de retour au palais, audience au préfet. " J'ai effectivement rencontré le préfet, à mon initiative, confirme Joël Guitton. Nous avons évoqué le dossier, mais en aucun cas je ne suis allé là-bas prendre mes instructions ", assure-t-il. Selon plusieurs sources, le préfet aurait demandé au représentant de l'autorité judiciaire de classer cette affaire embarrassante.

Le procureur, qui dément avoir fait l'objet d'une quelconque " pression ", affirme de son côté n'avoir " jamais dit à quiconque qu'il allait classer ou, au contraire, poursuivre les faits ". " Ma décision n'est pas prise, l'analyse du dossier n'est pas terminée ", fait-il savoir.

Sous la pression du parquet général, l'auteur des faits - à qui il a été demandé de s'expliquer par écrit - devrait être convoqué prochainement pour audition.

En attendant, les détours empruntés par cette procédure " signalée " laissent perplexe. " Il faut être lucide, confie le procureur Guitton. Dès lors que le nom d'une personnalité figure dans un dossier, celui-ci attire mon attention. Comme la vôtre, d'ailleurs. Cette affaire vous préoccuperait-elle autant s'il s'agissait du cafetier du coin ? ", interroge-t-il.

Alors que la préfecture évoquait mercredi un " non-événement ", son secrétaire général contestait " formellement " la version de la gendarme à l'origine de ses ennuis. " Son procès-verbal est partial, partiel et totalement excessif, et je suis prêt à m'en expliquer devant la justice ", dénonce-t-il.

Nicolas Bastuck (Metz, correspondant)

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans Société
commenter cet article

Articles Récents