Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mes amis

En direct de chez mes amis :

Les news Basket

Recherche

...Mes coups de coeur
...Mes coups de gueule
...Mes joies
...Mes peines
...Mes espoirs
...Mes désespoirs
La SNCF, le Basket, la société, la politique...
En bref : MES TAS DE TRUCS ;)

L'arrêt de mon affaire a été rendu.
- Je suis condamné pour 'refus d'obtempérer' à 150Euros d'amende.
- Je dois en plus 83Euros à la SNCF au titre du PV initial.
- La SNCF a complètement été déboutée de son atteinte à l'image concernant l'arrêt de 20mn en Gare de Moirans. Pour info, elle demandait 2000Euros de dommages et intérêts à ce titre.
- Je dois débourser, au titre de remboursement des frais de justice, 500Euros à la SNCF. Pour info, la SNCF demandait 1000Euros à ce titre.

Un pourvoi en Cassation a été initié.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur le dossier en cours, car ce blog est lu et est même très lu par les avocats de la SNCF, qui, n'ayant rien à se mettre sous la dent sur le fond de l'affaire, traquent le moindre de mes dérapages sur ce blog ;)

Donc, pour le moment, je me tais... Mais n'ayez crainte : ce n'est pas parce que je ne parle plus de cette affaire sur ce blog, que je n'en parlerai plus jamais ;)

Il y a énormément de choses à dire et je les dirai en temps et en heure : d'ici là... patience ;)

Archives

De la pub




14 juin 2006 3 14 /06 /juin /2006 08:00
...et pis vint la réforme des retraites désirée par notre gouvernement...
Souvenez vous : la base de la réforme était d'appliquer des mesures égales entre la fonction publique et le privé.

La réaction ne se fit pas attendre : levée de bouclier générale, manifestations, mais...échec...personne n'a suivi et surtout pas les salariés du privé. Ils n'avaient rien à redire au fait que, comme tout le monde était dans le même bateau, il n'y avait pas de raison pour que le privé mette la main à la poche (...une nouvelle fois...) pour financer le service public. D'autant plus que les médias avaient fait leur boulot en expliquant que la mesure résultait d'une étude qui avait été demandée sous Jospin et que la réforme était urgente et indispensable.

Pendant que le gouvernement travaillait, les syndicats du service public ont révisé leur copie : cette fois-ci le service public manifestait en solidarité avec tous les travailleurs, qu'ils soient du public ou du privé : enfin, le succès est au rendez vous, il y a du monde dans les rues !

Le gouvernement négocie, garde 70% de son texte, mais finit par revenir sur la sacro-sainte égalité public-privé. Le gouvernement a gagné, les profs, la SNCF, rejoignent le boulot en râlant et en maugréant qu'ils n'avaient pas le choix. Ils regrettent, bien entendu, que le privé finisse par payer mais 'on n'avait pas le choix Msieurs-Dames ! '.

Partout, on reprend donc le travail, mais au sein de la fonction publique, SNCF comprise, on n'a pas tout perdu : on continuera à financer leur retraite.

Bilan de l'entreprise ferroviaire : on a préservé les acquis (...autant qu'ils pouvaient l'être...) et on a contraint les usagers à être solidaires (quelques jours où rien n'a circulé), sans pour autant être bénéficiaires des dernières négociations. Mais c'est pas la faute de la SNCF : c'est le gouvernement bien sûr !

Y'a pas  un mot entre les 3 ? Liberté, Fraternité... Le 3e m'échappe... Ca doit être RTT !

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
13 juin 2006 2 13 /06 /juin /2006 15:08
...si vous pensez que je me suis réveillé un matin dans la peau d'un gros beauf râleur, étant décidé, d'un coup d'un seul à engueuler tous les contrôleurs SNCF qui auraient l'audace de me demander mon billet, vous faites une lourde erreur...

En fait, la colère est venue très progressivement.

C'est venu, en effet, à la manière de strates, de couches de colère, ressemblant à un mille feuilles bourré de crème anglaise, mais où vous auriez remplacé cet ingrédient par un aliment dont la DLC aurait été dépassée depuis belle lurette.

De journées de grève, dans un premier temps, il n'y a point eues : c'était plutôt des trains qui étaient supprimés, par ci, par là, pour 'raison sociale'.

Sur le coup, ça fait râler, mais comme y'avait un train 20mn après, la colère retombe vite et on est vite embarqué dans le train-train quotidien en oubliant joyeusement le temps passé à poirotter et à regarder sa montre...

Je ne dis pas que de 'journées nationales' il n'y a jamais eues : que nenni ! Mais, force est de constater que ces journées, dans la vénérable année 2003, ont été plutôt rares dans ma région et que, lorsqu'elles ont eu lieu, ont été motivées par des agressions d'agents. Ce motif fait excuser beaucoup de choses, y compris celles de ne pas être dédommagé...

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
12 juin 2006 1 12 /06 /juin /2006 09:52
Back to the SNCF problems (...retour vers les problèmes de la SNCF)

...en fait, j'ai commencé à écrire ce blog, pour pouvoir alimenter de façon beaucoup plus régulière la toile de mes pensées sur l'entreprise ferrovaire Française.

J'ai démarré en la matière en soumettant des articles à l'excellent WebZine:

http://www.webzinemaker.com/nos-transports/

Ce site est génial. Il a permis de soumettre mes pensées et points de vue, mais, comme rien en la matière, ne remplace un blog, j'ai décidé d'en créer un où je pourrais y mettre toutes mes pensées, y compris le passif ayant abouti à mes moyens d'action, pour les moins 'extrêmes'.

Voici une copie du dernier article en date que j'ai soumis sur le WebZine sus-cité. Cet article fait référence aux multiples réponses qui ont été faites suite à mon post initial, lui aussi disponible dans le WebZine :

Bonjour,

Pour en revenir au sujet initial, je trouve qu'il y a des points en suspens dans les discussions actuelles.

1. Les jours de grève DOIVENT être dédommagés envers la clientèle qui a payé son billet à l'avance. Là dessus, il n'y a pas d'excuses opposables ni par les conditions de travail du personnel de la SNCF, ni par personne.
C'est un droit élémentaire de l'usager, point !
Si ce droit est bafoué par les différents services clientèle, il faut que quelqu'un paie. Si ça doit être l'agent de contrôle, ça sera lui . Souvent l'agent de contrôle a la facheuse habitude de renvoyer la balle aux différents services clientèles, mais quand ces services ne veulent rien savoir, la balle revient à l'interlocuteur privilégié du client qui est l'agent de contrôle. C'est comme ça ! Jusqu'à preuve du contraire, il y a marqué 'SNCF' sur sa casquette, donc c'est à lui à faire par des remarques de la clientèle à sa hierarchie et absolument pas au client à se débrouiller : à chacun sa merde !

2. La politique de discussion envers la clientèle est réalisée de manière désastreuse par la grande majorité du personnel.
Je ne compte pas les fois où je me suis fait traité d'imbécile, où l'on me répondait de manière impolie, où on me rembarrait, où on me traitait de haut, voire, que j'étais victime de menaces (sic!) par les agents de contrôles, responsables clientèle et agents du service d'accueil !
La qualité au sein de la relation clientèle, au sein de la SNCF est INEXISTANTE ! A aucun moment on a l'impression que le personnel a eu une formation en la matière ! Ce qui aboutit à ce que 90% des agents se prennent pour des flics (...qui, eux, ont eu une formation de communication avec le citoyen) et en viennent à ajouter de l'huile sur le feu sur des revendications (légitimes ou non) du voyageur : d'où engueulades et insultes par noms d'oiseaux très régulières.

3. Je rebondis sur le point précédent en précisant qu'un agent de contrôle voit sa rémunération augmentée quand il 'chope' un récalcitrant. Je ne trouve pas ça normal... Un gendarme, un policier ne touche, en aucune façon une quelconque prime sur PV.
Je trouve que ce simple fait doit amener à ce qu'un contrôleur puisse dédommager un usager qui a subit un préjudice : pourquoi l'usager, quand il est en tort, rétribue l'agent, alors que l'agent, quand il porte le tort de son entreprise ne rétribue pas l'usager ?
Le simple fait qu'un agent touche une commission sur PV doit inciter à ce qu'il se montre d'une courtoisie exemplaire (voir 2.).

4. Enfin, mais alors là, c'est la question à 10.000 Euros : POURQUOI, MAIS ALORS POURQUOI, CE SONT TOUJOURS LES USAGERS QUE L'ON EMMERDE QUAND LE PERSONNEL A DES RENVENDICATIONS ??? En quoi, l'usager a avoir, de quelconque manière, avec la politique salariale de la SNCF ?
Y'a pas d'autres moyens que d'emmerder systématiquement des gens qui n'ont rien fait et qui demandent juste à être transportés d'un point A à un point B ?
Le pire, c'est que l'on remarque très souvent que les conditions au sein de l'entreprise sont plutôt bonnes !
Si le personnel juge que les conditions de travail sont pas bonnes, soit... mais alors pourquoi faire payer la clientèle ???
Ce, d'autant plus que lorsque l'usager remarque (et c'est mon cas...) que le personnel ne sait même plus pourquoi il fait grève : dans ce cas, on décroche le pompon !
Messieurs travailleurs de la SNCF, si les conditions de travail ne vous plaisent pas, pourquoi ne libérez vous pas le plancher pour laisser la place à des gens qui seront ravis de faire le travail que vous rechignez à faire ?

Merci.

Philippe.


Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
11 juin 2006 7 11 /06 /juin /2006 18:24
Salut,

Ce n'est pas parce que la SNCF fait régulièrement chier son monde par ses grèves incessantes, qu'il faut en oublier l'essentiel de l'actualité.

Il y a quand même quelque chose de beaucoup, mais alors beaucoup plus important que ça en ce bas monde : la finale de.... de..... DE...... BASKET-BALL BIEN SUR !

Je suis pas trop branché par la NBA (...faudrait que je renouvelle mon abonnement à CanalSat pour ça ;) ), mais je dois dire que la PRO-A, ça me botte.

Donc, dans cette actualité, Nancy a rejoint Le Mans en finale du championnat de France Pro-A.

La finale aura lieu dimanche prochain (18/06/06) à Bercy et promet d'être très, mais alors très chaude.

Le Mans n'a pas réussi à être champion de France depuis des lustres, tandis que Nancy a déjà échoué à ce stade de la compétition, l'année dernière, contre le voisin Strasbourgeois.

Ca promet donc une belle finale, surtout compte tenu de l'effectif Manceaux qui a des qualités athlétiques hors du commun.

Quelques liens pour votre information :

- Le site de la ligue : http://www.lnb.fr pour tout connaître sur le championnat Français (stats, dépêches, etc.)

- Le site de référence du Basket Français (...mais payant... on a rien sans rien, mais c'est pas cher ;) ), j'ai nommé le grand, l'IMMENSE BasketZone.com : http://www.basketzone.com
Par contre l'accès à toutes les 'zones' annexes est gratuit (entendre par 'zones' des sites affiliés et gérés de façon très pro par des passionnés).

- Un site de photos pour mettre un visage sur un nom ou Lycée de Versailles : http://www.proashoots.com

A bientôt ;)

Yannick BOKOLO
Le Mans
Photo ProA-Shoots
http://www.proashoots.com








































Marques GREEN
SLUC Nancy
Photo ProA-Shoots
http://www.proashoots.com

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans Basket
commenter cet article
10 juin 2006 6 10 /06 /juin /2006 12:57
...et maintenant ma réponse à la lettre de menaces : Youpi !!!!!!

Expéditeur
Moi...

Destinataire
Direction Juridique
Unité de gestion des contraventions
BP 60118
34502 BEZIERS Cedex

Moirans le 06/06/06


Mon cher ami,

J'ai bien reçu en date du 06/06/06 votre missive m'invitant à vous régler la somme due contre le fait que j'ai bloqué un train suite à un refus d'obtempérer.

De deux choses l'une :

1. Vous avez lu la lettre que j'ai adressée au service de recouvrement du secteur atlantique à Bordeaux. Cette lettre fait 5 pages et explique tous les tenants et aboutissants concernant les raisons ayant menés à ce refus. Si vous avez donc lu cette lettre, je ne vois donc pas d'autres conclusions que de vous dire...de la relire à nouveau.

2. Vous n'avez pas lu cette lettre et à ce moment là, je vous conseille cette lecture avec une bonne tisane.

Quand vous aurez lu (...et surtout compris...) ce qu'il y a dans cette lettre vous comprendrez aisément ces quelques éléments :

1. Je n'ai aucune intention de vous régler le montant du procès verbal suite au refus d'obtempérer.

2. Le rappel des articles de loi et décrets datés, me font autant d'effet que de la pluie sur le dos d'un 'col vert'.

3. J'attends les poursuites judiciaires avec impatience. Je les attends d'autant plus que je demanderai l'assistance d'un avocat de la FNAUT et la présence de la presse locale et nationale, qui sont déjà au courant de mon petit contentieux avec vos services (journal 'Le Monde' et 'Dauphiné Libéré' entre autres). Je compte, sur ces poursuites pour engager un débat national menant, ni plus, ni moins, qu'à l'instauration du service minimum au sein de la SNCF. La priorité de mes priorité est de donner beaucoup de publicité à cette affaire et je m'y emploie de façon très assidue. L'opinion publique en a plus qu'assez qu'une partie de vos agents prenne régulièrement en otages ses usagers, et je compte me servir de vos poursuites pour contre-attaquer et pour donner une dimension nationale à cette affaire.

Un bon conseil : envoyez une lettre au service national de clientèle à Arras, dites leur de me rembourser mes 16Euros, et mettez ce refus d'obtempérer sous le tapis. Vous vous attaquez à quelqu'un de très déterminé, qui, lui non plus, n'a pas oublié qu'il avait des droits. Je suis membre de la FNAUT, membre de l'UMP, ayant un mandat au sein du comité UMP de l'Isère et je compte bien me servir de ce mandat pour défendre les centaines de salariés que vous prenez en otage régulièrement sans que vous leur accordiez la moindre compensation ni le moindre égard.

Vous ne vous adressez pas aujourd'hui à un jeune des cités qui serait monté dans le RER sans son billet... Vous vous adressez à quelqu'un qui A TOUJOURS son billet, mais qui se bat pour des causes communes et générales consistant à démontrer que l'ensemble de votre personnel n'a pas compris qu'utiliser le droit de grève l'usait. Et lorsque l'on use d'un droit sans raison, on perd en crédibilité. Si cette perte de crédibilité est accompagnée d'un refus systématique de dédommager les personnes lésées, un jour ou l'autre, il y a un retour de balançoire de la part des victimes de ces grèves abusives.

Si vous étiez une personne intelligente, vous comprendriez tout de suite que vous attaquer à moi ne peut que mener à une régression de vos conditions de travail par la mise en place du service minimum sur le plan national. Mais connaissant particulièrement bien le quotient intellectuel moyen de l'ensemble du personnel de votre belle entreprise, je doute que vous soyez intelligent...mais je peux me tromper...

Je ne vous paierai donc pas. Vous engagerez les poursuites que vous jugerez nécessaires, et je me servirai de ces poursuites pour porter le débat nationalement en utilisant tous les soutiens dont je dispose. J'espère que vos collègues ne vous en voudront pas quand ils verront le contenu de cette lettre, qui, elle aussi, sera rendue publique et qui signifie qu'une personne a été à l'origine de la remise en cause du droit de grève au sein de votre compagnie. Cela fera cher payé pour l'ensemble de vos collègues, d'avoir été buté vis à vis d'un malheureux gugus qui voulait juste un dédommagement légitime...

Bien à vous,

Moi...

Une copie de cette lettre sera adressée à :

Louis Gallois :
Président SNCF
34, rue du Commandant René Mouchotte
75699 Paris Cedex 14

André Laumin :
Secrétaire Général
FNAUT
(Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports)
32, rue Raymond Losserand
75014 Paris

A bientôt ;)



Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
9 juin 2006 5 09 /06 /juin /2006 11:30
Un petit commentaire sur la réponse du service juridique :

Dossier suivi par LM

Moi, mon nom est public, mais ce monsieur se déclare par ses initiales : on a vu mieux en matière de transparence. Je ne sais donc pas qui s'adresse à moi.

Je vous informe qu'aux termes de l'article 80-2 du Décret n°730 du 22 mars 1942  alinéa 2 modifié, "...sera puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 4e classe...tout voyageur qui aura refusé d'obtempérer aux injonctions adressées par les agents de l'exploitant pour assurer l'observation des dispositions du présent Décret".

Il a relu son texte monsieur LM ? A-t-il remarqué qu'il me parlait d'un texte de loi de 1942 ? D'un texte de loi qui a été pondu au temps où, entres autres, les conditions de travail des agents de la SNCF n'avaient rien à voir avec les conditions de travail actuelles ?
Ce monsieur sait bien parler d'article de loi et de décret mais ne répond absolument pas à la question : comment je dois me faire dédommager du préjudice que j'ai subit lors de la journée de grève ?
Si ma méthode n'est pas la bonne, je suis ouvert à toutes propositions. Mais le rappel d'une loi de 1942 ne m'apporte aucun élément.

En conséquence, je ne puis que vous confirmer la régularité de la procédure suivie.

C'est bien...mais ça ne répond pas à la question...

A défaut de règlement dans le délai imparti, les poursuites judiciaires seront engagées

Ce monsieur est-il stupide ? N'a-t-il pas encore remarqué que c'est ce que je recherchais ???

Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'assurance de ma considération distinguée

Moi, à sa place j'aurais marqué :
"Vous commencez sérieusement à nous courir sur le haricot avec vos histoires d'indemnisation, alors fermez votre gueule ! Payez ! Et arrêtez une fois pour toutes de nous faire chier avec vos 16 Euros !"
...mais bon, ce monsieur manie très bien la langue de bois ;)
Il a vraiment pas honte de m'assurer de sa considération bla bla alors que la ligne au-dessus il me menace des tribunaux ! Comme dirait l'autre : "Il est pas de la gueule lui !"

P/ Le dirigeant de l'unité de gestion
***Signature illisible scannée***

C'est même pas le dirigeant qui a écrit la lettre mais un de ses inconnus de sbires...
...et je sais toujours pas son nom...

La suite demain pour ma réponse ;)

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
8 juin 2006 4 08 /06 /juin /2006 11:11
Suite à mon courrier d'information suite aux évènements de refus de présentation de mon billet (voir article d'hier...), voici la réponse du service juridique de la SNCF.

Je commenterai ces propos demain ;)

A+

Direction Juridique
Unité de Gestion des contraventions
BP 60118
34502 BEZIERS Cedex

Béziers, le 30/05/2006

Nos Ref: 41193589
Affaires: Moi
Dossier suivi par LM

Monsieur,

Le centre de recouvrement de Bordeaux me transmet votre courrier relatif au procès-verbal d'infraction à la Police des chemins de fer dont les références sont mentionnées ci-dessus.

Je vous informe qu'aux termes de l'article 80-2 du Décret n°730 du 22 mars 1942 alinéa 2 modifié, "...sera puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 4ème classe...tout voyageur qui aura refusé d'obtempérer aux injonctions adressées par les agents de l'exploitant pour assurer l'observation des dispositions du présent Décret".

Dans ces conditions, notre agent de contrôle se devait de dresser procès-verbal pour constater les faits constitutifs de l'infraction en cause et, à ce titre, il était fondé à proposer le règlement de l'indemnité prévue par l'article 529-4 du Code de Procédure Pénale.

En conséquence, je ne puis que vous confirmer la régularité de la procédure suivie.

Je vous invite donc à faire parvenir le règlement avant le 20/06/06 à l'adresse suivante :

Direction Juridique - Unité de gestion des Contraventions
72 Avenue du Président Wilson - BP 60118 - 34502 BEZIERS CEDEX

A défaut de règlement dans le délai imparti, les poursuites judiciaires seront engagées.

Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'assurance de ma considération distinguée.

P/ Le dirigeant de l'unité de gestion

*** Signature scannée illisible ***

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
7 juin 2006 3 07 /06 /juin /2006 14:04
Parlons un peu de la SNCF...

Cela fait  3 ans que je prends le train tous les jours pour aller au travail. Chaque Lundi, je prends mon abonnement de train qui m'autorise à prendre ce moyen de transport sur toute la semaine.

Cependant, quand une grève est déclarée, je suis obligé de me reporter vers un autre moyen de transport, ceci, sans avoir droit à dédommagement.

Je ne trouve pas ça normal, je l'ai fait savoir, et rien n'y a fait : la SNCF reste campée sur ses positions.

J'ai donc décidé d'utiliser un autre moyen de contestation : c'est pas donné, mais au moins, ça fait bouger les choses.

Ci-dessous, une lettre qui explique tout ;)

Expéditeur
Moi

Destinataire
Service relations clients SNCF
62973 ARRAS
Cedex 9

Références :
Votre lettre N/REF AFR935-0002
Votre lettre N/REF ASK091-0001

Pièces jointes :
Une copie du procès verbal
N 41193589 Code Pièce 840

    Moirans le 24 Mars 2006


    Monsieur,

    Ce qui devait arriver arriva... En date du 24 mars 2006, dans le train Grenoble-Rives partant à 18h55, un contrôleur m'a demandé de lui présenter mon billet à proximité de la ville de Voreppe. Depuis la grève nationale de la SNCF du 2 juin 2005 et du 22 novembre 2005, je refuse systématiquement de présenter mon billet à moins que le contrôleur me dédommage une fois pour toutes la somme de 8Euros (4Euros/jour où je n'ai pu emprunter le train, mon moyen de locomotion domicile-travail). Ce comportement est motivé par le fait que j'ai écrit de nombreuses lettres, à vous, à Chambéry, et que j'ai laissé de nombreuses notes sur les cahiers de service en gare de Grenoble et de Moirans. Il m'est même arrivé de faire cadeau d'une boite de chocolats aux responsables de la Gare de Grenoble en leur précisant bien de ne jamais oublier la clientèle quand leur prend l'envie de gagner une journée de RTT en plus sous un prétexte plus ou moins fallacieux...

Force est de constater qu'ayant épuisé tous les recours courtois, diplomates et motivés, je me sois vu contraint de passer à des modes d'action un tant soit peu plus revendicateurs : ainsi, si un contrôleur me donne la somme que je lui demande, je lui présente mon billet et recommence à présenter mon billet à tous les contrôleurs correspondant aux voyages suivants. En d'autres termes, je mets fin à mon mode d'action et présente à nouveau mon titre de transport...jusqu'à la nouvelle grève et le refus systématique de compensation de votre part, qui va avec...

    En date du 24 mars 2006, donc, un contrôleur m'a demandé ledit billet. Je lui ai réclamé 6Euros (j'étais de bonne humeur ce jour là, j'ai donc effectué une réduction, le contrôleur me paraissant particulièrement sympathique). Il a refusé en bloc le deal, en disant que j'étais un imbécile. Il tournait les talons et allait rejoindre son comparse, le conducteur, quand il revint sur ses pas et me lança :"Vous ne m'avez pas demandé cela lors de mon premier passage, car, à ce moment là, ça se serait passé autrement ! J'aurais stoppé le train et j'aurais appelé la police !". Je lui répondit : "Mais faut surtout pas que ça vous gêne ! J'ai mes convictions mon cher monsieur et si vous voulez appeler la police, on peut le faire ensemble !". Il me répondit : "Bien sûr", d'un air qui sous-entendait que je bluffais... Mais je ne bluffais pas...

    A Moirans, lieu où j'habite et où le train s'arrête, j'interpellai mon gaillard :"Alors, on l'appelle la police ?". Voyant que je pouvais ne pas bluffer, il me lança : "C'est vous qui voyez.". Je lui répondit : "Non, c'est vous ! C'est vous qui m'avez menacé de la police ! Moi, je peux rester et l'attendre la police !". Il me dit : "Je ne vous ai pas menacé, mais si vous voulez la police, très bien, je demande au responsable de la gare.". J'acquiesçai sans sourciller. Histoire de me faire flipper, il passa une annonce qui disait que comme un voyageur était récalcitrant, le train était stoppé pour raison indéterminée. Je ne me démontai pas et attendit les forces de l'ordre avec calme et sérénité. Aucun voyageur ne m'interpella, aucun ne râla, aucun ne pris ma défense ni la défense dudit contrôleur. L'attente se passa le plus simplement du monde alors que je voyais mon contrôleur enfermé avec son comparse en cabine de commande.

    Quand la gendarmerie se rendit sur les lieux je me suis présenté à eux de la manière la plus courtoise qui soit. Je leur ai dit que mon action était la seule que j'avais trouvée car aucune antenne de la SNCF n'avait entendu mes plaintes et ma demande de remboursement de...8 Euros. J'expliquai à la gendarmerie que j'étais tenu de prendre le train tous les jours et que je payais mes 10Euros par semaine. Je leur fis aussi remarquer que lorsque ces fainéants de la SNCF faisaient grève (pour des raisons aussi obscures que la 'privatisation rampante') ils pénalisaient leurs usagers qui n'y étaient pour rien dans la privatisation grimpante voire fringante... Je leur dit enfin que j'avais écrit des courriers répétés à Arras, Grenoble, Chambéry et que rien n'y avait fait. Je leur ai dit aussi que j'avais épuisé toutes mes demandes et tous mes recours et qu'actuellement, j'en avais marre de me faire prendre perpétuellement pour un imbécile sous le prétexte que telle antenne CGT de petin-aux-chnoques mettait la pression pour que l'antenne CGT de barbouyouille-les-oies fasse grève aussi, montrant à tous les salariés barbouyouillois étaient aussi bien défendus que les salariés chnoquais. En clair, que j'en avais marre de me faire prendre pour un con par des fainéants qui ont des conditions de travail qui sont très loin d'être mauvaises et qui font uniquement grève pour pouvoir attirer de nouvelles ouailles à prendre leur carte de leur syndicat favori !

    Les gendarmes se sont révélés être particulièrement courtois et diplomates. Ils m'ont dit que c'était comme ça et que l'on ne pouvait pas empêcher les gens de faire grève. Ils m'ont dit que eux, n'avaient pas le droit de faire grève, mais que s'ils le pouvaient, ils le feraient sans doute aussi, car 'il y avait beaucoup de choses qui n'allaient pas non plus dans leur métier...'. Je leur répondis que je bénissais le fait qu'ils ne fassent pas grève et leur ai fait part de ma plus grande considération pour leur beau métier qui n'était pas, loin s'en faut, reconnu à sa juste valeur. Je profite de la présente pour les remercier chaleureusement de leur professionnalisme et louer leur beau métier dans le sens où leur action, préventive ou punitive, a pour but, entre autres, de limiter le nombre d'accidents sur les routes et tous leurs lots de drames et de larmes qui vont avec...

    Sur ce, je présentai mon titre de transport aux gendarmes devant le contrôleur qui était blême (se faire traiter de fainéant et de bon à rien devant les forces de l'ordre par un gars que l'on jugeait imbécile 10mn plus tôt, doit de toutes évidences rendre blême...). Le contrôleur me dressa un PV pour refus d'obtempérer. Il est d'ailleurs pour le moins caustique de se voir traiter d'imbécile par un monsieur qui fait 2 fautes d'orthographes en 3 mots ! En effet, "Refus d'optempéré" (dixit le procès verbal), s'écrit plutôt "Refus d'obtempérer". Ce PV, qui se monte à 83Euros, a au moins pour avantage de m'avoir montré, à posteriori, que cet agent était autant fâché avec des usagers récalcitrants qu'avec la grammaire de notre chère et belle langue Française.

    Plus tard, je croisai les gendarmes sur le parking de la gare. Là, l'un d'eux me glissa : "s'il y avait plus de gens avec des convictions comme vous les avez, il y aurait peut être moins de grèves à la SNCF"...et son collègue de compléter : "...mais ça fait quand même cher, 83Euros pour une conviction..."

Fin de l'histoire.. Je vous joins une copie du PV et vous informe, d'ores et déjà que je le paierai quand les poules auront des dents. De la même manière que je n'avais pas peur des gendarmes, je n'ai pas peur de payer d'avantage pour faire valoir mes convictions, sachant que la présente va être envoyée à différentes cibles, dont plusieurs organes de presse. Il en effet hors de question que je m'arrête là et je profite de la présente pour vous prier, à nouveau, de bien vouloir m'adresser la somme de 8 Euros. S'il faut que je rebloque un train 1/4 d'heure et déranger tous les voyageurs de ce train, par conviction et par lutte envers des grèves non légitimes, je n'hésiterai pas un seul instant.

    Je vous informe que je suis tombé sur un contrôleur atteint de débilité mentale. En effet, j'ai déjà revendiqué, de par le passé, 8Euros à d'autres contrôleurs, et un agent, un jour, a répondu de manière si courtoise, si polie et en prenant mes considérations tant en compte, que je lui ai présenté mon billet sans sourciller. Ce monsieur m'a juste dit que c'était un problème qui allait faire l'objet d'un rapport à sa hiérarchie et qu'il allait y donner suite. Comme quoi, avec un minimum de tact et de sens commercial, il est très facile de faire circuler des trains normalement. Il n'y a vraiment qu'à la SNCF où la plupart des agents commerciaux (mais pas tous, comme on l'a vu) s'arrogent le droit de traiter la clientèle comme une moins que rien en oubliant joyeusement qu'une partie non négligeable de leur salaire vient des poches desdits clients. De plus, je tiens à préciser que le blocage du train n'est que la conséquence du fait que l'agent de contrôle m'a menacé et provoqué ! Je n'aurais jamais pris l'initiative de faire patienter un véhicule bourré de voyageurs sans qu'un contrôleur remette ouvertement en cause mon intégrité, mon honneur et mes convictions. En règle générale, je trouve honteux qu'un agent commercial se permette de provoquer et de menacer sa clientèle ! Il n'y a qu'à la SNCF que je vois ça et ce n'est pas la première fois. J'ai déjà envoyé une lettre de plainte à ce sujet au ministère des transports car je m'étais fait insulter et menacer par un agent en gare de Moirans... Il est évident que le personnel de la SNCF est mal formé aux relations commerciales. Il a une tendance réflexe à systématiquement ajouter de l'huile sur le feu aux mécontentements légitimes du voyageur. J'ai, moi même, dans le cadre de mon travail affaire avec la clientèle. Si m'en prenait l'envie, pour une raison ou pour une autre de rembarrer un client mécontent (et Dieu sait si il y en a, même dans mon travail) je me verrais signifier mon licenciement immédiat pour faute grave ! Force est de constater que ce n'est pas le cas dans cette entreprise, vu que je continue à voir régulièrement la personne qui m'a menacé et insulté en Gare de Moirans. Pour toutes ces raisons, je refuserai de payer le procès verbal de 83Euros. Non pas que cette somme est grande pour moi : je la trouve raisonnable et correctement évaluée par rapport au préjudice subit par la SNCF. Mais je refuse de payer car j'estime être à 100% dans mes droits en réclamant une indemnité et que j'estime ne pas avoir à subir les sarcasmes, menaces et provocations d'agents de la SNCF mécontents qui ne savent pas que ce qu'ils transportent dans leurs wagons sont des clients et non des usagers !

    Sur ce, je vous laisse le soin de régler le PV à ma place et vous informe qu'à partir du 28 mars, date à laquelle la SNCF se bat contre le CPE alors qu'elle ne va pas, de toutes évidences, signer de pareils contrats, votre belle entreprise et tous les agents de contrôle qui vont avec me devront...4 Euros de plus...

    Très cordialement...et merci pour la note...

Moi...


Une copie de la présente sera adressée à :

Ministère des Transports de l'Equipement du Tourisme et de la Mer
Hôtel de Roquelaure
246, Boulevard St Germain
75700 PARIS SP07

Journal Le Monde
80 Boulevard Auguste-Blanqui
75707 PARIS Cedex 13

Journal Le Dauphiné Libéré
2, rue des Terreaux
38500 Voiron

Service clientèle SNCF
Chambéry
1091 av Boisse
73000 CHAMBERY


Gendarmerie de Moirans
Rue Roger Dumarais
38430 MOIRANS

SNCF - Centre de Recouvrement des procès verbaux
Secteur Atlantique
38 Rue Charles Domercq
33081 BORDEAUX Cedex

Louis Gallois :
Président SNCF
34, rue du Commandant René Mouchotte
75699 Paris Cedex 14

André Laumin :
Secrétaire Général
FNAUT
(Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports)
32, rue Raymond Losserand
75014 Paris

Article précédent...

Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans SNCF
commenter cet article
6 juin 2006 2 06 /06 /juin /2006 22:51
Salut à tous,

Je viens juste de créer ce blog pour y mettre mes états d'ame vis à vis de la société et de l'actualité.

Vous apprendrez vite que je suis quelqu'un de très juste, très droit, mais que je ne supporte pas que des gens prennent des libertés avec leurs concitoyens...

Ainsi, je ne peux pas blairer une bonne partie des gens qui travaillent à la SNCF...

Une grande partie des salariés bossant dans cette entreprise ont pris le pli depuis bien longtemps pour forcer les gens (patrons, usagers, ...) à subvenir aux moindres de leur désir... Si les désirs ne sont pas assouvis : c'est la grêve !

Ce chantage permanent et contraint m'exaspère.

Moi, en tant qu'usager lambda de cette compagnie, j'ai trouvé le moyen de mettre un petit grain de sable dans ce beau rouage, eh, eh...

La suite demain les potos ;)
Article suivant...
Repost 0
Published by James Hetfield - dans Divers
commenter cet article

Articles Récents